Partager

La coopération Sino-malienne est vieille de quarante neuf ans (49ans). Malgré sa vieillesse elle reste toujours vivante. La chine a à son actif plusieurs réalisations au Mali (usines, infrastructures, aides techniques et financiers). Lorsque la coopération Sino-malienne est vieille de 49 ans il faut reconnaître qu’elle à un impact dans le développement social de notre pays.

Sur le plan économique le Mali recule avec l’entrée des produits made in chine. Au plan social, la dépravation des mœurs est étalée au grand jour avec la prolifération des bars – restaurants chinois défrayant toute concurrence.

Au plan économique c’est la faillite des opérateurs économiques. Autrefois ils importaient les produits en chine, maintenant ce sont les chinois qui transitent les conteneurs de marchandises ou fabriquent sur place leurs produits.

L’offensive chinoise sur le marché n’est pas un rêve mais une réalité : tissus Wax, mobylettes, moto -camionnettes, BTP, cahiers, ardoises, crayons, stylo à bille, pâte dentifrice, chaussures, lunettes correcteurs, médicaments, coiffure, bonneterie, habillements, ornements et décorations etc.…

Pire, la quasi-totalité des produits chinois n’ont aucune résistance et pour la plupart la qualité est mise en doute par nos consommateurs.

Certes, leurs produits sont moins chers par rapport aux autres concurrents commerciaux, mais la qualité n’est point comparable aux autres. A ce rythme de conquête du marché malien plusieurs de nos opérateurs économiques mettront la clef sous le paillasson.

Quant- à la douane et les impôts les recettes baisseront. Les chinois connaissent bien nos forces et nos faiblesses savent comment côtoyer les patrons. Ils ont une part de responsabilité dans la crise financière qui fragilise notre économie.

Ce sont des gens qui ne possèdent pas de compte bancaire, rarement ils payent les taxes, vivent en société et sont très renfermés. Leur nourriture des légumes et dépensent en moyenne 500F CFA par jour.

Au Mali les chinois à travers l’entreprise COVEC rafle tous les marchés de Bâtiments et travaux Publics (BTP). Lorsque, le gouvernement s’interroge sur le nombre élevé des accidents, a-t-il mené des enquêtes pour savoir les raisons ? La quasi-totalité des butines posées par l’entreprise COVEC sont de mauvaise qualité.

La durée ne dépasse pas six (6) mois. Cependant là ou on découvre la vraie face des chinois c’est sans doute leur capacité de corrompre nos dirigeants. Ils ont bien assimilé les techniques de la de la corruption au Mali.

Une fois un marché de construction confiée à l’entreprise COVEC c’est une aubaine pour les chefs des différentes structures du projet : télé écran géant, mouton de Tabaski, une villa construite gratuitement plus un séjour en chine avec prise en charge et cadeaux.

Quand aux manœuvres recrutés sur place on les réserve des traitements inhumains 1100F CFA par jour de 7h30 à 16h sans interruption. Ne traînez jamais un chinois devant les tribunaux maliens étant malien vous ne gagnerez jamais gain de cause.

La raison est simple, car l’Etat chinois à de tout le temps protégé ses ressortissants quelque soit la faute commise. Cette protection se justifie par leur participation d’une manière où d’une autre au rayonnement de l’économie chinoise. Les chinois sont très discret et parlent peu mais sont de grands businessmen.

Le Sénégal un pays voisin du mali dont le président est l’initiateur de NEPAD a fermé son pays à l’offensive des produits chinois sur son territoire. Cette fermeture a beaucoup joué sur la relation commerciale entre la Chine et le Sénégal.

Moustapha GUITTEYE

16 Février 2009