Partager

Notre pays et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) s’assurent de la bonne exécution des activités qu’ils mènent en commun. La coopération entre les deux parties s’étend dans les domaines de la protection de l’enfant, de la santé, de l’éducation de base, de la nutrition, de l’eau, de l’hygiène, de l’assainissement et de l’inclusion sociale.

Elles ont pour ce faire tenu vendredi dernier au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, la revue annuelle stratégique du programme de coopération Mali-Unicef. Les travaux étaient dirigés par le secrétaire général de ce département, Seydou Coulibaly, en présence de la représentante adjointe de l’Unicef au Mali, Andrea Berther.

Cette revue conjointe visait à faire le bilan des réalisations du Plan de travail annuel (PTA) au titre de l’année 2022-2023. Il s’agissait de formuler des recommandations destinées à améliorer la gestion future du PTA 2024. Les participants ont examiné les ressources mobilisées et les contraintes majeures. C’était aussi l’occasion de présenter les perspectives nécessaires du Plan de travail pour l’année 2024 et de définir, en fonction des orientations et de l’évolution du contexte, les priorités du gouvernement à prendre en compte dans le processus d’élaboration du projet et programme de coopération Mali-Unicef pour la période 2025-2029. La réunion a permis de valider le rapport sur l’analyse de la situation des enfants du Mali.

Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a indiqué que notre pays a fait des progrès significatifs au cours de l’année sous revue grâce à l’accompagnement de l’Unicef dans ses domaines d’interventions. Malgré les progrès, a-t-il reconnu, il existe des défis comme la mise en œuvre efficace du programme dans les nouvelles régions. Celles-ci, a-t-il poursuivi, ont besoin de l’accompagnement de l’Unicef à travers l’opérationnalisation des directions régionales. Seydou Coulibaly a assuré que les dispositions sont en cours au niveau du gouvernement pour doter ces régions de ressources humaines capables de faire fonctionner les services.   

Il a souligné que le nouveau programme Mali-Unicef en cours d’élaboration doit s’aligner sur les priorités gouvernementales contenues dans le Cadre stratégique de la refondation de l’État. Et de préciser que le document référentiel de développement est en cours d’élaboration. «C’est une boussole pour les partenaires au développement et le gouvernement», a-t-il expliqué. Selon lui, l’élaboration d’une vision claire et cohérente au-delà du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (Credd) et de l’Enpe devra marquer des options fortes qui élèvent des ambitions du pays vers l’indépendance économique et financière, la souveraineté et l’émergence économique.


La représentante adjointe de l’Unicef a remercié le gouvernement pour la bonne collaboration. Andrea Berther a expliqué que l’Unicef travaille sur les priorités identifiées par le gouvernement pour le bien-être des enfants. Elle a affirmé que le bilan des cinq dernières années a été significatif. La diplomate onusienne dira que son organisation va identifier avec le gouvernement les objectifs qui permettent l’accès de chaque enfant à l’éducation, la santé, l’eau, l’assainissement.

Mohamed DIAWARA

Source: L’Essor