Partager

Hier 10 novembre 2008, l’hôtel Azalaï Nord-Sud a servi de cadre d’un atelier national portant sur l’amélioration du système de suivi-évaluation axé sur l’évidence des résultats du programme de coopération Mali-UNICEF pour la période 2008-2012.

Ont pris part à cet atelier national de trois jours, les représentants des départements de la coopération malienne et ceux de l’UNICEF résident dans notre pays. Pour la circonstance, la cérémonie d’ouverture était présidée par le Directeur de la Coopération Internationale du ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Aboubacar Sidiki Touré, accompagné du représentant de l’UNICEF au Mali Robert N’Damobissi, chargé de bureau.

Objectif

Avant de donner l’objectif de cet atelier national, rappelons que la coopération entre le Mali et l’UNICEF remonte aux premières heures de l’indépendance de notre pays. Elle demeure plus que jamais un instrument privilégié de développement au service des femmes et des enfants.

Ainsi dira le Directeur de la Coopération Internationale, la force de cette coopération fructueuse réside dans le fait qu’elle s’inspire non seulement des objectifs du plan cadre des Nations Unies pour l’aide au développement. Elle désigne aussi et surtout des priorités du gouvernement du Mali liées à la situation des femmes et des enfants recensées dans le cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté.

En effet, cet atelier a pour but de familiariser les participants avec les expériences qui ont fait leur preuve en matière de suivi-évaluation, de faire un diagnostic réaliste de la mise en oeuvre du programme Mali-UNICEF 2008-2012. L’atelier va permettre également de proposer des solutions, appropriées aux problèmes et autres faiblesses décelés çà et là durant toute la période d’exécution dudit programme.

Par ailleurs, cet atelier national offre aussi l’occasion d’approfondir la connaissance des participants de notre pays et de l’UNICEF en matière de suivi-évaluation ; d’adopter le mécanisme de suivi-évaluation et la liste des indicateurs et de proposer des remèdes aux insuffisances constatées.


Un avant atelier

Dans son discours d’ouverture, le représentant de l’UNICEF a toutefois rappelé qu’en avril 2007, un exercice semblable avait été organisé dans la logique du renforcement des capacités en gestion axée sur les résultats des cadres nationaux des acteurs des ministères et des organisations de la société civile chargés de la planification et de la mise en oeuvre du programme.

L’application de l’outil de la Gestion Axée sur les Résultats (GAR) dans la phase de planification a permis d’élaborer dans une approche participative pour une plus grande appropriation nationale. Il s’agit en fait des composantes du nouveau programme de coopération 2008-2012.

Par ailleurs, la réussite de ce programme passe nécessairement par la maîtrise des outils et méthodes les plus appropriées. Aussi, a ajouté le personnel de l’UNICEF, le système de suvivi-évaluation en politiques et programmes nationaux existant doit permettre l’aboutissement des résultats évidents et rendre compte des progrès accomplis dans la réalisation des droits des enfants et des femmes au Mali.

A cet effet, l’atelier en cours s’inscrit dans le cadre des efforts sans cesse consentis par l’UNICEF en réponse aux préoccupations maintes fois exprimées par le gouvernement portant sur des séries de renforcement des capacités et l’ancrage institutionnel nécessaire au développement d’un leadership national.

Un programme unique des nations unies pour le mali

Dans son allocution d’ouverture de cet atelier, le Directeur de la Coopération Internationale a rappelé l’adhésion du Mali devant les conseils d’administration du PNUD, du FNUAP et de l’UNICEF en juin 2007, à l’approche de “One UN” ou “Tous unis dans l’action”. Les hautes autorités maliennes ont ainsi souligné leur volonté à faire figurer le gouvernement du Mali parmi les pays pilotes dans la mise en oeuvre de cette approche novatrice.

Celle qui ambitionne de mettre en place un programme unique, un budget et une direction unique pour l’ensemble du système des Nations Unies. Pour preuve, le 8 juin 2008 à Koulouba, le chef de l’Etat a procédé à la signature synchronisée des plans d’action des programmes pays 2008-2012 avec le PNUD, l’UNICEF, le FNUAP et le PAM.


Les aspects cibles par le programme

Pour le programme de coopération Mali-UNICEF 2008-2012, l’objectif est l’épanouissement des enfants et des femmes qui demeurent les couches les plus vulnérables de la société. Ainsi, l’enveloppe consacrée à l’atteinte de ces objectifs fixés s’élève à 126 487 000 dollars américains, soit environ 56 919 150 000 francs CFA. Elle sert à financer les quatre composantes qui sont: la survie de l’enfant, l’éducation de base et l’équité, la protection des enfants et la promotion des droits et partenariats.

Ces fonds, selon le directeur, interviennent directement sur les objectifs 2, 3, 4, 5 et 6 du Millénaire pour le Développement et sur les axes d’interventions prioritaires du CSCRP 2007-2011. Par ailleurs, en terme d’efficacité de l’aide, l’une des atteintes majeures de cette quatrième composante du programme Mali-UNICEF est de générer des informations crédibles sur la situation des enfants et des femmes et de promouvoir la culture des résultats.

C’est sur ces mots qu’il dira que l’objectif stratégique d’une telle démarche est de faire en sorte que les informations collectées servent de base au plaidoyer politique, à la définition des stratégies adéquates et à l’accroissement des investissements centrés sur les enfants.

Hady BARRY

11 Novembre 2008