Partager


C’est dans une atmosphère sérieuse et conviviale que les travaux de signature du décaissement de la tranche fixe d’appui budgétaire du programme pluriannuel d’appui budgétaire 2008 entre le département des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale et la délégation de la Commission Européenne au Mali se sont déroulés.

Le lundi dernier, dans l’après-midi, au moment où beaucoup de gens étaient sous le choc de la déroute de notre équipe nationale de football au Congo, les diplomates quant à eux, se préoccupaient du Budget national.

Le dernier titre de la convention

Cette cérémonie, présidée par le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Son Excellence M. Moctar Ouane, entouré par ses collaborateurs avait un sens particulier.

En effet, ce décaissement constitue le dernier au titre de la convention de financement portant programme pluriannuel d’appui budgétaire pour la réduction de la pauvreté pour la période 2003-2008, qui constituait un des trois domaines de concentration du programme indicatif national dans le cadre du 9ème FED (Fonds Européen pour le Développement).

La mise en œuvre de cette convention s’est faite à la ratification des deux parties comme l’atteste du reste le respect du calendrier des décaissements en faveur du Mali. A travers cette action, on voit volontiers la reconnaissance et l’encouragement de la Commission Européenne et de tous ses Etats membres par les efforts du gouvernement du Mali dans la mise en oeuvre de ses engagements.

Des résultats encourageants

Les résultats encourageants obtenus dans la mise en oeuvre du programme de réforme structurelle ne doivent pas occulter les insuffisances constatées dans la performance de certains secteurs, notamment ceux de l’éducation et de la santé.

A cet égard, l’assurance a été donnée par le chef de la diplomatie, M. Moctar Ouane que le gouvernement du Mali poursuivra avec détermination la mise en œuvre dudit programme, notamment s’agissant de la recherche d’un partenaire stratégique pour la SOTELMA et pour la filialisation de la CMDT.

Le ministre a aussi précisé que la nécessité de juguler les effets négatifs d’une conjoncture internationale défavorable caractérisée par le renchérissement du prix des hydrocarbures et des denrées alimentaires va occasionner, quelque fois l’édiction de mesures pouvant retarder la mise en œuvre des réformes envisagées sans que cela signifie une quelconque absence de volonté politique pour ce faire.

Le chef de la délégation de l’UE Diacomo Durazzo

Dans son intervention, le chef de la Délégation de la Commission Européenne au Mali, l’Ambassadeur Diacomo Durazzo a dit : ”L’analyse de la situation macro-économique et financière du Mali, le respect du programme de suivi du CSCRP et la poursuite satisfaisante du programme de réforme des finances publiques (PAGAM-GFP), montrent que le gouvernement a respecté ses engagements en terme de stabilité du cadre macro-économique et d’amélioration de la gestion des finances publiques, et que le processus de suivi-évaluation du CSCRP s’améliore”.

D’un montant de 12,863 millions d’euros, soit environ 8 437 574 891 F CFA, ce décaissement vient à un moment important, car les vacances gouvernementales avaient un peu perturbé les activités administratives. Ce qui fait dire au ministre Moctar Ouane dans son discours ceci : “J’ai pris plaisir à saluer votre présence à cette cérémonie d’annonce solennelle du décaissement de la tranche fixe d’appui budgétaire 2008.

Je tiens à remercier tout particulièrement le chef de la Délégation de la Commission Européenne et ses collègues des Etats membres ici présents, de la pertinence et de la force de leur plaidoyer en faveur d’une coopération toujours plus accrue de l’Union Européenne et de leurs pays respectifs avec le Mali”.

Moussa KONDO (Stagiaire)

10 Septembre 2008