Partager


Le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale et le Chef de la Délégation de la Commission Européenne au Mali ont procédé, le mercredi 18 mars 2009 dans la salle des banquets de la Présidence de la République, à la signature de quatre accords de financement dont trois conventions de financement du 10ème Fonds Européen de Développement (FED) d’un montant total de 208,4 milliards et d’un addendum au Document de stratégie Pays et du Programme Indicatif National (PIN) du 10ème FED pour 5,05 milliards de FCFA.

La cérémonie de signature s’est déroulée sous la haute présidence de Son Excellence M. Amadou Toumani Touré, Président de la République, Chef de l’Etat, du Premier ministre, Chef du Gouvernement, des membres du Gouvernement et des ambassadeurs européens accrédités à Bamako. Par cette signature, l’Union Européenne met à la disposition du Mali 60% du montant total du 10ème FED dès 2009. En outre, le montant du 10ème FED pour le pays a été revu à la hausse avec une dotation supplémentaire de 5,05 milliards de FCFA destinée à atténuer les effets récessifs de la hausse des prix des denrées alimentaires.

L’adéquation des priorités du gouvernement

La signature, aujourd’hui de trois conventions de financement et d’un addendum au document de stratégie pays et au programme indicatif national du 10ème FED constitue, assurément, une avancée significative dans la dynamique partenariale voulue entre le Mali et l’Union Européenne.

Elle traduit d’abord l’adéquation des priorités du gouvernement de la République du Mali, telles que définies dans le Cadre Stratégique de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (CSCRP) et le Projet de Développement Economique et Social (PDES) avec les orientations de la politique de coopération au développement de l’Union Européenne énoncées dans l’Accord de Cotonou.

Le programme pluriannuel d’appui budgétaire

A cet égard, il a été signé le financement du programme pluriannuel d’appui budgétaire pour un montant de 148 000 000 d’Euros, soit environ 97 081 636 000FCFA. Cet appui financier substantiel permettra au gouvernement du Mali de poursuivre ses efforts en vue de :

– l’élargissement de l’accès de nos populations aux services sociaux de base, notamment dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’eau potable ;

– l’amélioration de l’efficacité de la dépense et de la transparence dans la gestion des finances publiques ;

– du renforcement de la capacité de pilotage et de suivi de la mise en oeuvre des politiques du CSCRP, notamment par la reconstitution de l’appareil statistique ;

– la rationalisation de l’environnement des affaires à travers l’amélioration du cadre règlementaire et juridique et l’émergence d’une fiscalité d’entreprise conforme aux meilleures pratiques.

Ledit appui interviendra sous la forme d’un appui budgétaire non ciblé recourant à une technique nouvelle dite de “contrat OMD”, qui se traduira par un engagement de l’Union européenne sur une période plus longue (six ans en l’occurrence, 2009-2014), plus prévisible et plus flexible en termes de mobilisation de l’aide consentie, mais aussi par un engagement du gouvernement du Mali à œuvrer à l’atteinte des OMD.

Au demeurant, la signature de la présente convention de financement est le témoignage de l’engagement de la Commission européenne et de ses Etats membres aux côtés du gouvernement du Mali dans la mise en oeuvre des conclusions de la table-ronde des bailleurs de fonds tenue à Bamako en juin 2008.

Transports et désenclavement

Le désenclavement intérieur constitue, une des préoccupations majeures du gouvernement du Mali. Le projet d’appui au Programme sectoriel des transports et aux infrastructures dans les régions du Nord et du delta du Niger va bénéficier, aux termes de la convention subséquente qui vient également d’être signée, d’un financement de 165 000 000 d’Euros, soit environ 108 232 905 000 F CFA.

Ce montant permettra la réalisation d’une route bitumée de 4483 Km reliant Goma Coura à Tombouctou via quatre (04) villes situées en bordure nord du delta du Niger, à savoir : Nampala, Léré, Niafunké et Tonka. S’y ajoute la bretelle Goumdam-Diré.

L’importance de ce projet qui, s’intégrant au Programme décennal de développement des régions du Nord, permettra de doter les zones concernées d’infrastructures de base favorisant leur développement et le renforcement de la cohésion nationale. Seront également conduites, dans le cadre du projet des actions transversales comme la sécurité routière, la lutte contre le VIH-Sida et la protection de l’environnement.

La troisième convention de financement

La troisième convention de financement concerne le programme d’appui au développement des secteurs culturels, qui va bénéficier d’un concours de 4 800 000 Euros, soit environ 03 148 593 600 F CFA.

L’objectif visé est de mettre en valeur les potentialités de la culture et d’optimiser la part de celle-ci dans le développement économique du Mali. Concrètement, cela devrait se traduire par un renforcement de la contribution des secteurs culturels à l’émergence de filières économiques porteuses génératrices d’emplois et de revenus dans les secteurs culturels au Mali avec les résultats escomptés entre autres l’impact économique du secteur de la culture est amélioré, et l’offre de produits et services à contenu artistique et culturel se diversifie ; l’activité culturelle et artistique de proximité ainsi que les retombées économiques augmentent dans les régions ; le secteur de la culture dispose d’une stratégie de développement à moyen terme et le ministère et les institutions culturelles associées ont les outils et les moyens pour la mettre en oeuvre et en assurer un bon suivi.

Pour juguler les effets négatifs de la crise alimentaire qui a frappé de nombreux pays ACP en 2008, la commission européenne a décidé d’apporter un soutien à ceux d’entre eux qui ont été fortement touchés.

Cet appui va se traduire, pour ce qui concerne le Mali, par l’allocation de ressources additionnelles à l’enveloppe B du 10ème FED à hauteur de 7,7 millions d’Euros, soit environ 5 050 868 900 F CFA.

Cette allocation additionnelle, qui fait l’objet de l’addendum n°1 au Document de stratégie-pays (Dsp), interviendra sous la forme d’un appui budgétaire exceptionnel macro-économique et permettra de compenser le déficit de recettes publiques lié aux mesures d’atténuation de la hausse des prix des denrées alimentiares ; il permettra aussi d’assurer le fonctionnement du dispositif national de sécurité alimentaire afin que ce dernier puisse remplir plus efficacement son rôle d’instrument de prévention et de gestion des crises alimentaires.


M. Giacomo Durazzo

Dans son allocution, le Chef de la Délégation de la Commission Européenne au Mali M. Giacomo Durazzo a déclaré : “Voici la preuve irréfutable que l’Europe reste un partenaire fiable du Mali, même dans les périodes difficiles, et que la crise économique mondiale ne diminuera pas les contributions d’aide publique au développement de l’Europe”.

Quant au Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, S.E.M Moctar Ouane, il a hautement apprécié le partenariat Mali-Union Européenne et s’est réjoui de la parfaite adéquation entre l’appui de l’UE et les projets et programmes de développement du gouvernement malien dans le droit fil des priorités du Projet de Développement Economique et Social (PDES) et du Cadre stratégique pour la croissance et de réduction de la pauvreté (CSCRP).

“Le gouvernement du Mali apprécie hautement l’appui constant, de plus en plus important et diversifié de l’Union européenne en faveur du développement économique et social de notre pays. Subséquemment, vous me permettrez, M. le président de la République, de souligner que toutes les mesures voulues seront prises pour assurer la réalisation des programmes financés et contribuer ainsi à la mise en oeuvre réussie de notre stratégie de croissance accélérée et de son plan d’action pour la période 2008-2012”.

Moussa KONDO (Stagiaire)

20 Mars 2009