Partager

« C’est avec un pincement au cœur que je quitte le Mali. Je m’emploierai à œuvrer davantage pour le raffermissement des liens d’amitié et de coopération entre les deux pays. Le Mali m’a laissé de grands et bons souvenirs » .

Ainsi s’exprimait lundi devant la presse, l’ambassadeur de la République de Tunisie au Mali, S. E. Faraht Chéour en fin de mission. Accrédité auprès de notre pays le 4 mars 2005, S. E. Chéour a donné une impulsion nouvelle aux relations de coopération entre la Tunisie et le Mali. Celles-ci se sont étendues à plusieurs domaines particulièrement aux domaines du commerce, de la santé et de l’éducation.

Dans le domaine commercial, les échanges entre Maliens et Tunisiens se sont développés à travers les foires et expositions de part et d’autre et la création de sociétés commerciales mixtes. Les exportations maliennes ont atteint 170 milliards de dirhams pour les quatre dernières années, un bilan que le diplomate juge positif.

Dans le domaine sanitaire, la Tunisie reçoit, aux dires de l’ambassadeur, en moyenne 30 patients maliens par mois qui sont traités dans les structures sanitaires.

Pour ce qui est de l’éducation, présentement le pays de son S. E. M. Zine Abidine Ben Ali (président de la Tunisie) accueille plus de 700 étudiants maliens sans compter que l’Etat tunisien accorde chaque année une trentaine de bourses à nos étudiants.

D’autres domaines non moins importants comme le tourisme et la culture ont connu également un coût d’accélérateur avec la présence au Mali de la compagnie Tunis Air et la gestion par joint-venture (Libye/Tunisie/Mali) de la chaîne hôtelière Laïco (Amitié et Kempesky).

Pour le diplomate tunisien, la coopération entre les deux pays est de tout point de vue satisfaisant. En perspective les postes, la communication (GSM), le transport notamment la sécurisation des permis de conduire au Mali et le renforcement des liens entre les sociétés civiles des deux pays sont, entre autres, les axes sur lesquels la coopération va s’étendre.


Denis Koné

26 Août 2008