Partager

jpg_1204.jpg
Cet appui du gouvernement japonais s’inscrit dans le cadre de la coopération économique non remboursable.
Les documents ont été signés vendredi par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Moctar Ouane et l’ambassadeur du Japon, Mme Yukiko Nakagawa.

D’un montant d’environ 834 millions de Fcfa, le premier échange de note est relatif à une contribution du Japon à la mise en oeuvre du projet de renforcement du système de vaccination. Ce fonds sera utilisé pour l’achat du matériel, des produits et des services nécessaires pour l’exécution du projet.

Cette démarche permettra d’améliorer de façon substantielle la couverture vaccinale des populations urbaines et rurales. Cet appui financier corrobore l’engagement du gouvernement japonais aux côtés de notre pays en matière d’amélioration du système sanitaire.

Le ministre Ouane a salué ce geste avant de rendre hommage au gouvernement nippon pour les actions entreprises en faveur de notre pays dans le cadre du Programme élargi de vaccination (PEV) en 2000 avec la fourniture de vaccins et d’équipements.

La seconde note porte sur le financement de la deuxième tranche du projet de construction de ponts sur le corridor du Sud du Mali et au Sénégal pour un montant de 86 millions de Fcfa. Ce financement vient s’ajouter à une première tranche de 3,8 milliards de Fcfa accordée à notre pays l’an dernier.

Moctar Ouane a rappelé que les relations de coopération entre le Mali et le Japon remontent aux premières heures de l’accession de notre pays à la souveraineté. De cette date à nos jours, l’intervention du gouvernement japonais se consolide et s’élargit d’année en année à travers le lancement de nombreux programmes et projets de développement dans des secteurs vitaux comme l’éducation, la santé, l’hydraulique, l’agriculture, la sécurité alimentaire.

Le Japon a notamment apporté son soutien à la réduction de la pauvreté par le renforcement des secteurs productifs, le développement des infrastructures, la bonne gouvernance et la démocratie, la coopération technique.

Au delà de ces actions, il faut souligner les projets de développement de proximité initiés par les collectivités locales, les associations et autres organisations non gouvernementales (Ong).

Ces différentes interventions, a indiqué Moctar Ouane, sont en harmonie avec le Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (Cscrp) pour la période 2007-2011 et s’inscrivent en droite ligne du Projet de développement économique et social (Pdes).

Le ministre a assuré du soutien de notre pays aux initiatives de développement du continent entreprises par le Japon à travers la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad). Dans la même dynamique, le Mali soutient la nouvelle initiative de coopération « Coalition pour le développement de la riziculture en Afrique » prônée par la quatrième Ticad tenue à Yokohama en mai dernier.

L’objectif de cette initiative japonaise est de doubler la production de riz en Afrique en 10 ans, passant de 14 à 28 millions de tonnes tout en favorisant une meilleure coordination des investissements et de l’assistance.

Par ailleurs le Mali, a indiqué Moctar Ouane, adhère aux réformes engagées par Tokyo de fusionner l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) afin de donner une nouvelle dimension à la coopération japonaise avec ses partenaires.

Mme Yukiko Nakagawa s’est félicitée de la confiance du Mali en son pays et promis de s’employer à maintenir cette amitié. L’exécution de ce projet, dira-t-elle, permettra d’améliorer le taux de vaccination dans notre pays. L’ambassadeur japonais a rendu hommage à notre gouvernement pour son engagement en matière de lutte contre les maladies infantiles, notamment à travers l’éradication de la poliomyélite.

L. DIARRA

Essor du 09 Février 2009