Partager


La salle de conférence du ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale a servi de cadre à la signature de deux Conventions de don d’une valeur de 161 millions de yens, soit 920 millions de FCFA environ.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence du ministre malien des Affaires Etrangères, M. Moctar Ouane, et de l’Ambassadrice du Japon au Mali, Mme Yukiko Nakagawa, du représentant résident de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), M. Irei Eizen, des responsables du Fonds National de la Solidarité, des représentants des départements de la Santé, de l’Equipement et des Transports…

La phase II de la première convention porte sur le projet de construction des points sur le corridor du Sud en républiques du Mali et du Sénégal. La deuxième porte sur le projet de renforcement du système de vaccination, dans le cadre de la coopération économique non remboursable du Gouvernement japonais.

Le premier accord a donc trait au financement de la deuxième tranche du projet de construction de trois ponts dans la région de Kita, sur le corridor du Sud, au Mali et au Sénégal. Cette signature concerne la 2è phase qui porte seulement sur le concept détaillé de construction du 2è pont dans la vallée de Falémé, à la frontière sénégalo-malienne.

Rappelons que l’année dernière, le Japon avait signé le projet de construction du premier pont de Balé dont la construction va bientôt commencer, et qu’une troisième phase est prévue avec la construction du pont de Bafing. “Une fois exécuté, ce projet de construction des trois ponts permettra l’accélération du commerce régional de l’Afrique de l’Ouest et du développement économique et social du Mali, la réduction de la pauvreté et la contribution efficace à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)”, a déclaré l’Ambassadrice du Japon, Mme Nakagawa.

La construction de chaque pont génèrera du coup la création d’emplois pour environ 100 personnes , ainsi que la transformation des techniques. Cette 2èphase est estimée à 15 millions de yens, soit 86 millions de FCFA environ. La première phase mobilisée en 2008 s’élevait à 3 804 000 000 de FCFA.

Quant au 2è accord, il concerne le projet de renforcement du système de vaccination en vue de l’amélioration des conditions de base de la population malienne. Par cet accord, le Japon s’engage à construire des chambres froides, installer des refugérateurs, des panneaux solaires et des stabilisateurs de tension, à fournir du matériel de la chaîne froide aux structures chargées de la vaccination, dont 97 Centres de Santé Communautaires (CSCOM) sur l’ensemble du pays.

Selon les estimations en 2009, environ 1 800 000 personnes seront bénéficiaires. Le montant de cet accord est de 146 millions de yens, soit 834 millions de FCFA environ. Il s’agira d’améliorer, de façon substantielle, la couverture vaccinale des populations urbaines et rurales. En plus de 97 CSCOM, il y aura les régions de Kayes, Koulikoro, Ségou et le District de Bamako.

A travers ces deux conventions, on constate que l’intervention du Gouvernement du Japon au Mali se consolide et s’élargit d’année en année par la mise en œuvre de nombreux programmes et projets de développement dans des secteurs vitaux comme l’éducation, la santé, l’hydraulique, l’agriculture, la sécurité alimentaire.

Aussi, le ministre malien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale dira que la signature de ces deux conventions témoigne de l’excellence de la coopération entre le Mali et le Japon.

Cela dénote le dysnamisme et la pertinence de notre coopération qui couvre tous les secteurs vitaux de l’économie malienne. Cette cérémonie de signature illustre éloquemment l’exemplarité de cette coopération innovante qui a su s’adapter aux turbulences de l’économie mondiale pour se hisser à ce stade de partenariat privélégié tant envié”, a-t-il noté.

Sadou BOCOUM

10 Février 2009