Partager

En 2003, les dirigeants maliens et iraniens ont exprimé leur volonté de consolider la coopération économique entre les deux pays. La volonté a fait espérer les opérateurs économiques maliens avec la mise à disposition, en 2005 par la partie iranienne, de deux lignes de crédit d’un montant de 15 milliards de F Cfa. L’initiative est restée lettre morte. Le financement de plusieurs autres projets importants ont été promis mais jamais réalisé. Ce qui préoccupe aujourd’hui le monde des affaires du Mali.

A la chambre de commerce et d’industrie du Mali (Ccim), on estime que l’Iran a volontairement émis ces lignes de crédit aux opérateurs économiques maliens mais l’initiative est désormais devenue un imbroglio entre les deux pays, malgré le partage d’une culture islamique, nous dévoile un opérateur économique.

D’une part, les opérateurs économiques maliens disent avoir manqué de collaboration chez leurs homologues iraniens. Selon Sanou Sarr, représentant de la Ccim à la commission d’organisation de l’accueil du président iranien, des opérateurs économiques maliens se sont rendus à la chambre de commerce d’Iran sans parvenir à rencontrer leurs homologues. Plusieurs missions de prospection ont, en vain, essayé de dynamiser ces engagements. D’autre part, la banque pour l’habitat du Mali (BHM) où les lignes de crédit ont été initialement logées a été défaillante.

Ces lignes de crédits étaient destinées à assurer à hauteur de 60 % les produits et services iraniens importés au Mali ainsi que des produits maliens exportables en Iran. Devenues caduques, elles ont été renégociées avec une augmentation de taux en associant la banque nationale de développement agricole, Ecobank et la banque de développement du Mali. Seule cette dernière banque répondra favorable à ce partenariat. Sans succès. Le projet est resté à la phase des intentions.

Au-delà de ces lignes de crédits, plusieurs autres promesses de financement de projets maliens ont été faites par les Iraniens. Il s’agit entre autres, de projets d’automobile, d’huile moteur, d’équipement du parc d’exposition de Bamako, d’abattoir frigorifique, de cimenterie, de salubrité de la ville de Bamako.

Le président iranien, Mahamoud Ahmadinejad, accompagné d’une importante délégation, a séjourné dans notre pays, le 6 juillet 2010. Cette visite qui fait suite à celle de son prédécesseur Mohammed Katami et la mission d’Etat du président malien Amadou Toumani Touré en 2005, exprime une volonté partagée pour le renforcement des relations entre les deux pays.

«Nous avons plusieurs projets qui n’ont pas été exécutés. Donc nous nous gardons des rajouts», a souligné Sanou Sarr. Une rencontre d’échanges a réuni les deux parties au ministère des affaires étrangères et de la coopération internationale, hier après midi. Et les opérateurs économiques maliens n’ont pas manqué de rappeler à ceux de l’Iran la nécessité d’un pragmatisme dans leur partenariat.

«Nous voulons du concret pour qu’on sorte de cet imbroglio», a souligné Sarr.

Seydou Coulibaly

07 Juillet 2010.