Partager


Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Moctar Ouane et l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Mali Zhan Guoqing ont signé hier au département des Affaires étrangères, un important accord de coopération économique et technique.

Cette convention d’un montant de 1,2 milliard Fcfa, sous forme de don, est destinée au financement de projets prioritaires pour le pays.

Ceux-ci viendront prolonger ceux déjà exécutés tels que la rénovation du Centre international des conférence de Bamako, l’extension des bureaux de la présidence de la République, les stades de Bougouni, Koutiala, San ou les projets dont les modalités d’exécution sont en voie de finalisation comme la 3è sucrerie, le troisième pont de Bamako et la Maison de la femme et de l’enfant.

A ce don il faut ajouter l’annulation de la dette de notre pays à hauteur d’un montant de 20,7 milliards Fcfa.

Le chef de la diplomatie s’est félicité de l’excellence de la coopération sino-malienne. « La coopération sino-malienne se porte bien. Elle se développe à la satisfaction des deux pays puisqu’elle traduit l’adéquation des priorités du développement économique et social du Mali avec les orientations de la politique de coopération de la Chine« , a déclaré Moctar Ouane.

L’ambassadeur chinois a, pour sa part, saisi l’occasion pour rappeler les bonnes relations de coopération qui lient Bamako et Beijing. « La coopération sino-malienne date de 50 ans. L’amitié entre nos deux pays s’est toujours basée sur les liens de coopération franche et dynamique. Nos deux peuples en sont conscients. Et nous devons toujours œuvrer dans ce sens pour le bien-être de nos deux peuples« , a souligné Zhan Guoqing.

Ces dernières années, l’économie chinoise enregistre une croissance remarquable. Cependant cette performance ne fait pas encore de la Chine un pays développé, a précisé le diplomate. Ajoutant qu’il est toutefois du devoir de la Chine d’aider les pays amis dans les domaines que ceux-ci jugent prioritaires.

Il a promis de poursuivre les actions entreprises dans notre pays par son prédécesseur en vue du bien-être de nos populations.

Plusieurs domaines de l’économie nationale bénéficient de l’assistance chinoise, comme par exemple le secteur des BTP et les industries.

L. DIARRA-L’Essor

06 juillet 2007.