Partager

Aujourd’hui , dans l’après-midi, Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada arrive en visite d’État dans notre pays.

La coopération entre le Mali et le Canada bien que remontant à la période de la grande sécheresse qui frappa le Mali dans les années 1972 et 1973, ne s’est véritablement développée qu’il y quelques années. Elle embrasse quasiment tous les secteurs du développement.

Ottawa est devenu l’un des principaux partenaires techniques et financiers de notre pays.

En effet, actuellement, notre pays fait partie des 9 pays de concentration de l’aide canadienne.

En 2001, le volume total de l’aide canadienne était de 2,9 milliards.

En 2002, le Canada a décidé de faire du Mali un pays de concentration de son aide. Aussi en 2002, l’aide canadienne est passée à 13 milliards de Fcfa.

En 2004-2005, l’enveloppe de l’aide a presque triplé, en passant à plus de 30 milliards Fcfa.

L’aide canadienne, concerne en tout premier lieu l’enseignement.

Pour la période 2001-2005, le Canada a financé la formation des enseignants à hauteur d’environ 8 milliards Fcfa ; pour la période 2004-2007, le Canada a appuyé l’amélioration de la qualité de l’enseignement fondamental à hauteur de 8 milliards ; entre 2003 et 2008, le Canada va participer à la politique du manuel scolaire à hauteur de 6,5 milliards ; et pour la période 2004-2008, le Canada met à la disposition de l’éducation 10 milliards pour la gestion administrative, l’éducation de base, les équipements scolaires.

Dans le domaine de la santé, le Canada accorde au Mali 7,5 milliards pour appuyer la mise en œuvre du Plan décennal de développement sanitaire et social (PDDSS). De même, les communes, à travers le Fonds d’infrastructures communales, profitent de l’aide canadienne estimée à 7,5 milliards de Fcfa.

Dans la promotion du micro crédit, le réseau de caisses d’épargne et de crédit Nyesigiso a bénéficié entre 1998 et 2006 de l’aide canadienne, estimée à environ 3 milliards.

Dans le domaine de l’agriculture, le Programme de restructuration du marché céréalier (PRMC) a reçu 3,9 milliards du Canada entre 2003 et 2005.

Le Projet d’appui aux filières agricoles s’est vu également doter de 10 milliards de francs. Un financement équivalent a été mis à la disposition du Projet d’appui à la mobilisation des recettes intérieures (PAMORI).

Dans le domaine de la justice, après avoir été financé à hauteur d’un milliard et demi entre 1998-2003, le Programme décennal de développement de la justice (PRODEJ) s’est vu attribuer 3,3 milliards de francs pour la période 2004-2006.

Pour la période de 2005-2007, une enveloppe de 9 milliards et demi a été attribuée au Programme de développement institutionnel (PDI).

Le bureau du Vérificateur général dont la création a été inspirée de l’expérience canadienne, ainsi que le ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales pour les élections à venir, ont reçu un fonds de 2,5 milliards.

Nos deux pays, partagent les mêmes préoccupations en matière de paix et de sécurité en Afrique.

En effet, le Mali est le seul pays africain membre du Réseau de la sécurité humaine.

Instructeurs canadiens assurent le tiers des cours dispensés à l’Ecole de maintien de la paix de Koulikoro. Le Canada a fait une contribution d’un million de dollars pour la construction de la nouvelle école à Bamako.

Au sein de la Francophonie, nos deux états sont partenaires. En effet, les relations entre nos deux pays ont été rehaussées par les visites des personnalités canadiennes au Mali, comme celle du gouverneur général Roméo Leblanc en février 1999, de Denis Paradis, secrétaire d’État pour l’Amérique Latine, l’Afrique et la Francophonie, en 2002, du président de l’Agence canadienne pour le développement international (ACDI) en 2004, de la sénatrice Mobina Jaffer en mai 2004, des ministres des Finances Ralph Goodale (août 2004), et de son homologue de la Coopération internationale et de la Francophonie, Josée Verner (août 2006).

Par ailleurs, du 10 au 14 mai 2005, le président de la République Amadou Toumani Touré, s’est rendu en visite d’état au Canada, chose remarquable, car depuis 1995, aucun président africain n’avait effectué de visite d’état au Canada.

Cette visite a permis de donner un nouvel élan aux relations entre nos deux pays.

22 novembre 2006.