Partager

jpg_2130-2.jpg
La cérémonie d’ouverture de cette rencontre était placée sous la présidence du directeur de la coopération internationale, Boubacar Sidiki Touré, et a enregistré la présence de l’ambassadeur d’Allemagne dans notre pays, Karl Flittner.

Le chef de la délégation allemande, Peter Krahl, les membres de la direction de la coopération internationale et plusieurs représentants de la coopération allemande étaient également présents.

Cette rencontre va dresser le bilan des trois années écoulées de la coopération entre nos deux pays et faire de nouvelles propositions en vue des négociations bilatérales des trois années à venir. Pendant trois jours, Maliens et Allemands vont analyser les actes posés en matière de coopération dans les différents domaines prioritaires.

L’ambassadeur allemand a souligné l’importance de cette rencontre qui, de son point de vue, permettra d’adapter la coopération entre nos deux pays aux réalités actuelles. Cette évolution est d’autant plus nécessaire que ces relations bilatérales remontent à l’accession de notre pays à l’indépendance.

« Les relations entre l’Allemagne et le Mali ne datent pas d’hier. Cela fait bientôt 50 ans que nos deux pays entretiennent des relations d’amitié en matière de développement humain durable. Et cela depuis les premières heures de l’indépendance du Mali », a rappelé Karl Flittner.

Selon le diplomate, cette relative vieillesse des relations germano-maliennes n’entame en rien la dynamique de notre coopération qui reste plus que jamais vive. Car, a t-il indiqué, notre coopération a la capacité de se rajeunir, de s’adapter aux nouvelles exigences dans le cadre des grandes décisions de nos politiques générales, notamment le Projet de développement économique et social (PDES) du président Amadou Toumani Touré et les orientations du parlement fédéral.

Et le chef de la délégation allemande, Peter Krahl, de relever que l’amitié entre nos deux pays n’est pas que budgétaire. Elle est aussi sociale et se fonde sur la confiance mutuelle, a-t-il assuré, avant de rendre hommage au peuple malien pour l’accueil chaleureux dont les Allemands sont l’objet chaque fois qu’ils se trouvent dans notre pays.

Les actions de coopération de la République fédérale d’Allemagne avec notre pays ont débuté dans les années 60, précisément le 2 décembre 1961 avec l’élaboration d’un cadre juridique aux fins de réaliser des projets d’intérêt commun. Cet accord a été renouvelé à Bamako le 11 octobre 1977. De cette date à nos jours, la coopération entre les deux pays se déroule dans le cadre des consultations et négociations bilatérales tous les deux ans alternativement en Allemagne et au Mali. D’où la tenue de la présente rencontre.

211,5 milliards FCFA

L’Allemagne a toujours soutenu les efforts de notre pays tant sur le plan national qu’international. Au plan financier, la contribution allemande aux efforts de développement du Mali pendant les quatorze dernières années (1995-2008) se chiffre à 211,5 milliards de Fcfa. Cette coopération concerne notamment les infrastructures, le développement rural, la santé, le développement des ressources humaines, la communication, la décentralisation, l’enseignement primaire, l’environnement, l’hydraulique et enfin le secteur financier.

Ces dernières années, ces actions sont intensifiées sur trois nouveaux pôles prioritaires : la décentralisation et la bonne gouvernance, la promotion d’une agriculture productrice et durable et enfin l’eau potable et l’assainissement.

Cette nouvelle approche, visant plus d’efficacité, est la résultante d’accords communs lors des consultations de mars 2000. Mais ces priorités, malgré leur importance ne constituent pas un dogme. C’est pourquoi, il reste nécessaire de poursuivre le dialogue entre nos deux pays afin d’harmoniser les visions et les orientations en matière de développement, a précisé l’ambassadeur allemand, Karl Flittner.
Le directeur de la coopération internationale a salué l’exemplarité de la coopération entre nos deux pays.

« L’octroi de 51,2 milliards de Fcfa destinés au financement des programmes et projets de développement, notamment la décentralisation, l’agriculture et l’accès à l’eau potable constitue, entre autres actes posés par l’Allemagne en faveur de notre pays », a cité Boubacar Sidiki Touré.

Il a, par ailleurs, signalé l’appui conséquent de l’Allemagne au processus de décentralisation par le renforcement des collectivités territoriales dans la conception et le pilotage du développement régional et local à travers le Programme d’appui aux collectivités territoriales (PACT) à hauteur de 10 milliards Fcfa.

Pour le secteur agricole, l’appui allemand atteint environ 22 milliards Fcfa consacrés au financement de la promotion des petites et moyennes entreprises rurales à travers la Banque nationale de développement agricole (BNDA), l’Office du Niger, le Projet combiné Mali-Nord et à l’appui à la politique environnementale, l’appui conseil au département de l’agriculture, entre autres.

Boubacar Sidiki Touré a également apprécié les efforts de l’Allemagne en matière d’accès à l’eau potable et à l’assainissement à travers « l’Appui au Programme national de l’irrigation de proximité » dont le processus d’échange de note est en cours pour un montant de 7,8 milliards Fcfa et le Programme Mali-Nord qui contribue à la stabilisation sociale et économique et au maintien de la paix dans le Septentrion.

Toutes ces actions correspondent au Cadre stratégique de croissance et de la réduction de la pauvreté (CSCRP) et témoignent de la constance et de l’efficacité de la coopération entre nos deux pays, a estimé le directeur de la coopération internationale avant de souligner combien le Mali et l’Allemagne partageaient les mêmes visions de paix, de sécurité et de stabilité dans le monde.

L’un des signaux forts de l’excellence de nos relations a été la visite que vient d’effectuer (14 au 16 janvier) en Allemagne le président Amadou Toumani Touré. C’était la deuxième du genre en moins de cinq ans après celle effectuée en décembre 2003 (Voir l’Essor du 19 janvier).

L. DIARRA

Essor du 29 Janvier 2009