Partager


Sous le signe d’un nouveau type de partenariat, l’Italie s’engage aux côtés des femmes de la région Afrique de l’Ouest. Pendant deux jours, Bamako a été le point de convergence d’Italiens et de femmes de l’Afrique de l’Ouest dans le cadre d’un dialogue fécond.

Depuis une trentaine d’années, la coopération italienne est active dans notre pays et dans plusieurs autres Etats africains dans les domaines de la santé, de l’agriculture, entre autres. La péninsule veut quitter les sentiers battus en ajoutant à la traditionnelle coopération bilatérale et multilatérale, le partenariat direct avec les femmes.
Bamako a servi de cadre pour le lancement de cette nouvelle forme de partenariat entre l’Italie et le continent. Environ une vingtaine de délégations ministérielles venues de l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest ont pris part du 2 au 3 mars 2007 à cette rencontre.

« Les femmes protagonistes : dialogue entre les femmes de l’Afrique de l’Ouest et la coopération italienne », était le thème de cette conférence internationale. Plusieurs sujets étaient au cœur des débats. Ils étaient relatifs à la lutte contre la pauvreté et « empowerment » économique ; la santé, droits de la reproduction et lutte contre les violences faites aux femmes ; la présence des femmes dans la gouvernance et dans les situations de conflit et post-conflit ; les migrations, etc.

La conférence, initiée par la coopération italienne à Bamako en symbiose avec les gouvernements, les agences internationales et surtout la société civile, se veut une occasion de lever les obstacles liés au développement social des femmes de cette partie du continent. L’objectif est d’ouvrir une vision large des politiques de genre en vue d’amorcer un dialogue avec les acteurs concernés.

Plus de 9 milliards dans la cagnotte

La vice-ministre italienne déléguée à la Coopération, Patrizia Sentinelli, a déclaré, qu’il « s’agit là d’une première étape d’un nouvel élan de la coopération italienne. Il s’agit ici d’une nouvelle volonté d’introduire dans les politiques de coopération multilatérale de nouvelles formes de partenariat ». Selon elle, l’Italie, par le biais de la coopération décentralisée, l’activisme pacifiste et la participation directe de la société civile du Nord comme du Sud, peut représenter une force de changement dans le concert des nations.

En termes de retombées financières, l’Italie décide de mettre dans la cagnotte symbolisant le partenariat en gestation, une enveloppe financière de 6,5 à 9,8 milliards de F CFA. Selon la vice-ministre italienne, ce n’était pas, pour eux, une conférence de donation, mais une conférence politique placée sous le signe des échanges pour connaître à fond les préoccupations des femmes.
Une conférence du genre est prévue courant mai 2007 à Rome en faveur des Somaliennes, a promis Mme Sentinelli.

Les femmes des organisations paysannes de l’Afrique de l’Ouest, des alter mondialistes comme Aminata Dramane Traoré et d’autres organisations de femmes de la société civile ont pris part aux travaux. Elles vont remettre à la partie italienne la déclaration dite « déclaration de Bamako » retraçant leurs points de vue, suggestions et préoccupations sur la conférence.

Abdrahamane Dicko

05 mars 2007.