Partager

Les émissaires de 17 sociétés indiennes ont rencontré hier des producteurs d’huile et d’aliment-bétail

Le ministre de l’Economie, de l’industrie et du commerce, Amadou Abdoulaye Diallo, a présidé, hier, dans la salle de conférence de son département, les travaux d’une séance d’échanges entre une forte délégation d’hommes d’affaires indiens et les promoteurs d’huileries au Mali.

Une opportunité pour ces derniers d’acquérir les équipements adéquats pour la production d’huile alimentaire et d’aliment-bétail propice à la consommation.

Dans le cadre de la coopération économique entre le Mali et l’Inde, une forte délégation d’opérateurs économiques de la Confédération des Industries de l’Inde, intervenant dans divers domaines de production séjourne actuellement dans notre pays pour présenter les possibilités technologiques de l’Inde aux hommes d’affaires maliens et voir comment établir des partenariats éventuels.

Ces opérateurs économiques représentent 17 sociétés indiennes : Kirloskar Brithers Limited, Senior Banking advisor-Asian corporates, Amina Foods India Limited, Global HIV/AIDES Initiatives Emcure Phramaceuticals, Head-exports escorts LTD, International Trade Jaguar overseas Ltd, Mohan energy corporation, Tata motors Ltd, entre autres.

Cette mission est la concrétisation d’une promesse tenue par le ministre indien de l’industrie à son homologue malien. Cette délégation a rencontré, hier, les promoteurs des huileries sous la conduite du département de l’Economie, de l’industrie et du commerce.

Devant la partie malienne, les investisseurs indiens ont exposé les atouts technologiques de leur pays et les domaines qui peuvent les intéresser.

Selon Mme Shipra Tripathi, Directrice de la Confédération Indienne des Industries, ces investisseurs sont intéressés par les secteurs de l’agriculture comme la production d’engrais, l’irrigation, l’agro-alimentaire, les énergies renouvelables, les mines, les ressources en eau, l’huilerie, le coton …Dans tous ces domaines, les indiens ont une grande expertise qu’ils veulent exporter au Mali par la formation et la mise à niveau.

Mais aussi, ils veulent exporter ces technologies de dernière génération et même nouer des joint-ventures avec leurs homologues maliens.

Le ministre et ses collaborateurs ainsi que les promoteurs des huileries ont été très sensibles aux explications des partenaires indiens. Amadou Abdoulaye Diallo a insisté sur le climat des affaires au Mali très favorable, les atouts et les avantages fiscaux notamment le code des investissements, très attractif. Il a fait part aussi de l’existence d’un guichet unique.

Le cas particulier des huileries a retenu l’attention du ministre. En effet, le 1er juillet dernier, interpellé par le Dr Oumar Mariko, au chapitre des questions orales à l’Assemblée nationale, il avait exprimé toute la disponibilité du gouvernement à accompagner les promoteurs d’huileries qui ne respectent pas les normes requises, à acquérir les équipements adéquats pour préserver la santé des consommateurs.

Aussi, le ministre a-t-il insisté sur la nécessité pour ces promoteurs de diversifier la matière première utilisée qui ne doit plus se focaliser uniquement sur la graine de coton, une matière qui se raréfie avec la crise que traverse le filière.

Les Indiens se sont dits prêts à aider les promoteurs dans l’utilisation du pourghère, du soja ou encore du tournesol. « Je suis très attentif à la question de la formation et le perfectionnement de nos unités, en particulier les ingénieurs, les techniciens, les agents de maîtrise et les ouvriers qualifiés  » a souligné le ministre.

Avant d’émettre l’espoir qu’opérateurs maliens et investisseurs indiens parviendront à des partenariats féconds et avantageux pour le renforcement des moyens techniques de production.

Youssouf CAMARA

08 Juillet 2008