Partager

Le directeur général du Port autonome de Conakry a rassuré les opérateurs économiques maliens que toutes les précautions sont prises par la Guinée pour leur donner plus de satisfaction, notamment sur le plan des infrastructures portuaires et de la praticabilité de l’axe Bamako-Conakry.

Mamadou Biro Diallo intervenait lors d’une séance de travail qu’il a eue, vendredi dernier, avec les responsables de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM).  À l’occasion, le président de la CCIM, Youssouf Bathily, était accompagné par des opérateurs économiques maliens. Le directeur général du Port autonome de Conakry était entouré de spécialistes du domaine afin d’expliquer aux partenaires les efforts faits par son pays dans ce sens et ceux en cours.

Mamadou Biro Diallo révèlera qu’en la matière, les douanes maliennes et guinéennes sont à pied œuvre pour faciliter les opérations de dédouanement. Le président de la CCIM a souligné que nos opérateurs économiques sont attentifs aux engagements des autorités guinéennes, relatifs à l’amélioration des conditions d’accès au Port.

Selon Youssouf Bathily, ceci permettra une meilleure exploitation du Port de Conakry, le plus proche de Bamako. Pour ce faire, «nous exhortons les autorités portuaires à mettre un accent particulier sur la communication à l’international afin de contribuer à la sensibilisation des armateurs et autres traders à l’amélioration des conditions d’accès et des installations logistiques au niveau du Port», a préconisé Youssouf Bathily.

Les hommes d’affaires maliens avaient rappelé des difficultés relatives à la praticabilité des eaux et des capacités logistiques du Port de Conakry, à l’insuffisance des infrastructures d’accès à la plateforme portuaire, à l’insuffisance des infrastructures routières et autres équipements marchands tout le long du corridor. S’y ajoutent, les questions de sécurité et les tracasseries douanières de part et d’autre.

Source: L’Essor