Partager

«Faire face au contrôle fiscal : de l’avis de vérification à la saisine du tribunal en passant par les voies de recours administratifs».

La formation est destinée aux responsables d’entreprises, aux conseils fiscaux agréés, aux cadres des secteurs privés et étatiques

C’est le thème d’un séminaire de deux jours qui a débuté hier, dans un hôtel de Bamako. Initié par le cabinet T-Consulting, la formation est destinée à de hauts responsables d’entreprises, des conseils fiscaux agréés, des cadres de la direction générale des impôts (DGI), des membres de l’Organisation des jeunes patrons (OJEP). Le Mali s’est fixé comme ambition d’accroître le taux de pression fiscale de plus de 2% durant la période 2022-2026 pour que les recettes fiscales intérieures atteignent  17,5% du Produit intérieur brut (PIB). Cela afin d’atteindre l’une des directives de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), demandant aux États membres de faire en sorte que les recettes fiscales intérieures puissent atteindre 20% du PIB en 2020. 

Ainsi, il s’agit, en organisant ce séminaire de deux jours, de permettre aux entreprises (tous secteurs d’activités confondus) de se doter de techniques leur permettant de mieux s’organiser. Afin, selon ses initiateurs, de limiter l’impact des redressements fiscaux pour elles. La trentaine de participants : fiscalistes, directeurs, responsables financiers et comptables, managers, organisations non gouvernementale (ONG), chercheurs, organisations internationales s’intéressant aux problématiques économiques et fiscales du Mali, verront leurs capacités renforcées dans plusieurs domaines. Ils apprendront la préparation et la gestion, le contrôle fiscal,  comment mieux comprendre les positions de l’administration fiscale et réduire l’impact des redressements fiscaux.

«Au niveau de notre association, nous avons entamé une série de sensibilisation des contribuables pour les inciter à payer les impôts surtout pendant cette période cruciale que connaît notre pays à cause des sanctions. Malgré tout, les Maliens ont payé les impôts», a déclaré le président de l’Organisation des jeunes patrons (OJEP). Selon Cheick Oumar Soumano, il arrive que le payement de l’impôt soit consécutif à des manquements à la législation fiscale. Il importe de préparer les contribuables à cela.

«Notre devoir est de proposer ce genre de formation pour leur permettre de se renforcer. C’est bien de payer les impôts, mais c’est encore mieux d’éviter d’être redressé parce qu’il y a beaucoup de détails que les gens ignorent, donc c’est l’occasion de donner des explications pour éviter les redressements», a soutenu le président de l’OJEP.

Le directeur des grandes entreprises a invité les contribuables à se mobiliser davantage surtout en cette période où le Mali a plus que jamais besoin de ses entreprises. Amadou Fall Dianka a assuré que le contrôle des entreprises est plutôt de la pédagogie. Selon lui, il doit amener un contribuable à comprendre ce qu’il doit faire ou non. Le cabinet T-Consulting est la continuité du Cabinet de conseil fiscal (COFISC). C’est dans l’optique d’être plus près de ses partenaires que COFISC a subi une mue pour devenir T-Consulting en 2019.

Fatoumata M. SIDIBÉ

Source: l’Essor