Partager

Je voudrais par quelques lignes rendre un hommage mérité à M. Tiébilé Dramé pour le retrait de sa candidature à l’élection présidentielle du 28 juillet 2013, pour violation de la loi fondamentale et impréparation du scrutin.

Un scrutin qui devrait être une véritable aventure exaltante et humaine donnant à notre pays un formidable vecteur d’intégration et conférer à chacun d’entre nous un sentiment d’appartenance à une même nation, ne sera finalement qu’une mascarade.

Comment un pays éclaté en génération, en statuts, en communautés, en races, en territoires qui ne se voient plus d’avenir commun peut-il se comporter ainsi ? Tout simplement parce que nos sauveurs en ont décidé ! Or, notre histoire récente est riche en enseignements tant les événements d’hier éclairent ceux d’aujourd’hui. L’enseignement de l’histoire rebute parfois, qu’un peuple qui ne sait pas d’où il vient ne sait pas où il va. Pire si l’on méconnaît son passé, on se condamne assurément à en revivre inlassablement les épisodes les plus sombres.
Aujourd’hui qui mieux que M. Dramé pour être l’acteur, et le témoin privilégié de tant d’événements peut évaluer la situation de notre pays, pour l’avoir vu à l’œuvre à Bamako pendant la crise et à Ouagadougou pendant les négociations.

Cet homme est un vrai républicain doublé d’un patriote sincère, qui ne se sert jamais de l’épée quand la voie de la négociation demeure ouverte. La preuve avant de se retirer il avait porté plainte devant la Cour Constitutionnelle face à son silence coupable, il s’est retiré. Car lorsque la justice blesée par l’injustice se présente par devant les juges, s’ils n’arrivent pas à retirer le dard ils en sont eux-mêmes blesés, de toute façon c’est au mal et au déshonneur de celui qui commet l’injustice que retourne cette injustice qu’il commet !

C’est dommage que chez nous la seule récompense de la chose publique soit l’ingratitude mais une chose est sûre l’histoire retiendra que M. Dramé malgré les pressions a fait le choix des soldats de la liberté c’est-à-dire « marcher dans la vallée de la mort oubliant calme et confort mais dire la vérité ne serait-ce qu’une minute peu importe qu’on vous tue après ».
C’est pourquoi j’écris ces quelques lignes pour lui rendre un hommage mérité et lui témoigner tout mon soutien dans son combat pour des élections régulières, libres, transparentes et crédibles.
Chacun d’entre nous participe à l’histoire de tous ! Personne ne devrait jamais se sentir exclu d’une telle aventure commune ce qui ne sera pas le cas le 28 juillet prochain !

Merci à M. Dramé d’être l’avocat des exclus, des laissés pour compte, de la dignité et de la grandeur du Mali ! Comme disait René Char : « Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égard ni patience » vous méritez nos hommages !

Bien à vous

Cordialement

M. Mariko Bakary

France

Le Républicain du 19 Juillet 2013