Partager

Il y a des hommes en parcours homérique. Certains parmi eux ont grandement contribué à écrire, à travers le Mouvement Démocratique, l’histoire du MALI. Ils ont significativement marqué leur temps. L’impact de leur combat est indélébile.

Il importe d’évoquer ces héros et de solliciter leur exemple qui a fait date. Par ce devoir de mémoire, nous voulons faire un éclairage sur des vies qui ont du sens.

Le mois de Février a vu, tour à tour, s’éteindre IBRAHIMA LY et ABDERHAMANE BABA TOURÉ. Ces deux héros sont morts, mais ils ne partiront pas. Ils nous inspireront toujours. Ils balisent la voie de tous ceux qui aspirent à donner de la contenance et de la hauteur à leur oeuvre, afin qu’elle propère pour l’éternité.

IBRAHIMA et ABDERHAMANE évoquent des moments forts et des souvenirs impérissables pour les patriotes maliens et africains. Leur militantisme symbolise un engagement profond et impérissable, exprimé dès l’adolescence. Leur patriotisme a été prouvé dans l’action, en maintes occasions, et il a revêtu des formes et des dimensions variées.

La vie de IBRAHIMA et ABDERHAMANE est une source d’inspiration intarissable qu’il nous faut résolument entretenir par nos pratiques quotidiennes. Ces hommes ont placé très haut la barre de la dignité et de la liberté de notre peuple. Ni les persécutions et les tortures, ni la prison et l’exil n’ont eu raison de leur détermination et de leur foi en l’avenir du MALI. Pour eux, seule est gagnante la lutte pour le MALI.

Ces grands hommes de la science, de la culture et de la politique ont refusé de troquer leurs idéaux humanistes et patriotiques contre des prébendes et des compromissions avec un pouvoir corrompu. Ils ont rejeté l’habit de l’intellectuel devenu un vil mercenaire au service de la dictature et du crime. Ils n’ont pas plié face aux oriflammes et aux lustres.

Leur clairvoyance politique a été servie par leur grande probité intellectuelle et morale, leur sens du devoir accompli et un courage à nul autre pareil. A travers leur militantisme intégral, on perçoit aisément le fil conducteur de la vie de ces patriotes maliens et africains. Ils ont tout sacrifié pour le Mali et l’Afrique. Leur combat est inscrit en lettres d’or dans la trame de notre histoire.

IBRAHIMA et ABDERHAMANE ! Les patriotes maliens et africains ne vous pleurent pas. Vous ne saurez l’accepter.

Avec ces illustres disparus, nous avons fait le serment de ne jamais dévier de la voie qu’ils ont empruntée pour la dignité, la liberté et le progrès de MALI et de l’Afrique dans la justice, la solidarité et la démocratie.

IBRAHIMA LY est né en 1936 à Kayes N’Di (Kayes). Après le Lycée Terrassons De Fougères, il a poursuivi ses études universitaires à Dakar, puis à Toulouse et à Paris (France) coouronnées par un DEA en mathématiques.

Militant actif du Parti Africain pour l’Indépendance, IBRAHIMA LY a été successivement responsable de l’Union des Scolaires du Soudan (U.S.S.), de l’Association des Etudiants et Stagiaires Maliens en France (A.E.S.M.F.), et de la célèbre Fédération des Etudiants d’Afrique Noire (F.E.A.N.F.).

Revenu après, en 1956 au Mali, il apporte son soutien actif et désintéressé au régime du Président Modibo Keïta, sur la base de l’option socialiste et du proogramme du Parti au pouvoir, l’Union Soudanaise RDA (US-RDA). Il enseigne quelques années à l’Ecole Normale Supérieure (E.N.SUP), avant de partir, à sa demande, en U.R.S.S., où il obtient un doctorat en mathématiques à l’Université de Léningrad.

IBRAHIMA a été aussi un écrivain engagé dont la plume a su dépeindre, de manière expressive et imagée, l’univers carcéral et les réalités maliennes de son temps. Deux ouvrages témoignent de cette dimension de l’homme : “Toile d’araignée” et “Les noctuelles vivent en larmes”.

De Juin 1974 à Mai 1978, il a connu la prison au Camp Para, à Taoudénit, et à Niono, à cause d’un tract produit et diffusé par le Regroupement des Patriotes Maliens (R.P.M.) qui deviendra plus tard le Parti Malien de la Révolution et de la Démocratie (P.M.D.R). Le tract dénonçait le caractère anti démocratique du référendum constitutionnel du 2 Juin 1974.

Exilé à Dakar à sa sortie de prison, il reste en contact avec tous les patriotes engagés dans la lutte contre la dictature : ses camarades du PMDR, des militants de l’US-RDA, du PMT, du Front démocratique des patriotes maliens, contribuant ainsi à rapprocher ces sensibilités. C’est à Dakar qu’est né, en 1986, le Front National Démocratique et Populaire (FNDP) qui regroupait tous ces mouvements.

IBRAHIMA l’insoumis est mort les armes à la main, victime de l’arbitraire et de l’oppression, le 1er Février 1989 à Dakar. Il est parti, comme le disait à l’époque C. Ly dans le quotidien dakarois, le Soleil : “…Au petit matin, discret, secret, avec le sang froid, la sérénité et la lucidité des aristocrates de la foi, de la pensée et de l’action“.

ABDERHAMANE BABA TOURÉ est né vers 1928 à Douaïjiré (Diré). En 1949, il rentre à l’Ecole Normale William Ponty au Sénégal, avant d’obtenir, un an après, son baccalauréat dans la série Sciences expérimentales à Montpellier, en France.

A partir de 1955, il enseigne au Lycée de Béziers (France) avant d’obtenir son Certificat d’Aptitude Professionnelle pour l’Enseignement Secondaire (C.A.P.E.S.) en 1956. De 1956 à 1958, ABDERHAMANE est Professeur certifié de Sciences Physiques au Lycée Terrassons de Fougères (actuel Lycée Askia Mohamed) à titre français.

Le 13 Septembre 1958, il participe à la création du Parti Africain de l’Indépendance, section Soudan Français (P.A.I.-Soudan) afin de faire face au référendum de 1958 où il fallait choisir entre le “oui” à la Communauté Franco-africaine et le “non“ correspondant à l’indépendance immédiate.

De 1958 à 1960, ABDERHAMANE BABA TOURÉ est Professeur de Sciences Physiques au Lycée Donkan à Conakry, pour soutenir la République de Guinée sanctionnée par la France pour avoir choisi l’accession à l’indépendance, conformément au mot d’ordre du P.A.I.

En 1960, il retourne au bercail où venait de naître la République du Mali, après l’éclatement de la fédération du même nom, qui regroupait le Soudan et le Sénégal. De1962 à 1964, ABDERHAMANE est Directeur de l’Ecole des Travaux Publics de Bamako (l’actuelle Ecole Nationale des Ingénieurs : E.N.I.).

En 1965, le P.A.I.-Soudan devient le Parti Malien du Travail (P.M.T).

En 1967, ABDERHAMANE est titulaire d’un Doctorat de troisième cycle en spécialité Chimie Minérale à la Sorbonne (Faculté des Sciences de Paris). De 1967 à 1969, il est Directeur Général de l’Ecole Normale Supérieure (E.N.SUP) de Bamako.

D’Avril 1969 à Mars 1971, ABDERHAMANE, en tant qu 1er Secrétaire du P.M.T., est arrêté et maintenu en détention à Yélimané, après le coup d’Etat militaire du 19 Novembre 1968.

A partir de 1971, ABDERHAMANE est affecté à l’E.N.I. comme Professeur de Thermodynamique et Inspecteur Général de l’Enseignement des Sciences Physiques dans les lycées du Mali, jusqu’à sa retraite en 1987.

En 1990, ABDERHAMANE est membre fondateur de l’ADEMA Association, qu’il préside. L’ADEMA Association est une organisation ayant pour vocation, entre autres, la quête de la liberté et de la démocratie.

Après la révolution du 26 Mars 1991, ABDERHAMANE représente l’ADEMA Association au sein du Comité de Transition pour le Salut du Peuple (C.T.S.P.), l’organe dirigeant mis en place après la chute du régime de Moussa Traoré.

En Mai 1991, il est membre fondateur de l’ADEMA Parti Africain pour la Solidarité et la Justice, au sein duquel il est élevé à la dignité de Président d’honneur.

A partir de Mars 1994, il est nommé Conseiller à la Cour Constitutionnelle du Mali.

En Mars 2001, ABDERHAMANE est élu Président de la Cour Constitutionnelle du Mali. Il nous quitte le 14 Février 2003, suite à une maladie.


IBRAHIMA et ABDERHAMANE, dormez en paix.

Par : Pr Mouhamédoun DICKO et Faraba Mamadou DIEFFAGA

16 Février 2009