Partager


Dans le cadre de la lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre, la société civile malienne et les organisations de défense des droits de l’Homme (Afip, AMDH, Amnesty Mali, Idem, RJPID, RJSDAO, Conascipal) et d’autres associations œuvrant dans la lutte contre les armes légères se sont retrouvées samedi dernier au Centre Aoua Kéita pour mettre en place un réseau dont le but est d’harmoniser les stratégies de lutte et d’intensifier la lutte contre le phénomène.

La cérémonie, qui était présidée par le président de la Commission défense de l’Assemblée nationale du Mali, a enregistré la présence de M. Bafour, président du Réseau ouest-africain de lutte contre les armes légères (Rasalao) et du président de la Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères. A l’issue de la rencontre, un bureau de 7 membres a été élu avec à sa tête Mme Fatoumata Maïga, présidente de l’Association des femmes pour les initiatives de paix (Afip).

« Par cet acte, la société civile malienne vient de démontrer son attachement à la paix et à la stabilité, gages du développement. Sans paix, il n’y a pas de développement », a dit le colonel Sirakoro Sangaré, qui a demandé aux élus de ne ménager ni leurs temps, ni leurs efforts pour œuvrer pour la paix et la stabilité.
Le président de la Commission défense de l’AN a de son côté salué l’initiative et a réaffirmé son soutien aux actions qui seront entreprises par le nouveau bureau.

Idrissa Sako

13 Août 2008