Partager

La réunion de concertation entre l’Office du Niger et ses partenaires techniques et financiers autour du contrat plan État/Office du Niger (ON) et producteurs relatif à la période 2008-2012, ouverte hier à Bamako, s’attachera à évaluer le chemin parcouru, identifier les faiblesses et les solutions qui s’adaptent.

D’ordinaire, la réunion de concertation entre l’Office du Niger et ses partenaires techniques et financiers autour du contrat-plan a lieu au lendemain de la session statutaire. Mais cette année, en raison de nombreuses contraintes notamment administratives constatées de part et d’autre, elle n’a pu se tenir à la date normale. Pour cette 2e réunion de concertation du comité de suivi du contrat plan 2008-2012, l’Office du Niger et ses partenaires techniques et financiers ont décidé de se retirer à Bamako.

Cadre d’échanges et de réflexions, la session sera mise à profit par les participants pour examiner le niveau d’exécution du contrat-plan en fin 2009 et les termes de référence pour l’évaluation à mi-parcours du contrat-plan. L’espace sera aussi une aubaine, pour eux, pour évaluer le chemin parcouru, identifier les lacunes et en même temps proposer des mesures correctives.

La session se prononcera également sur l’état d’exécution des engagements de chacune des parties contractantes : L État, l’Office du Niger et les producteurs.

Il faut dire que cette 2e réunion de concertation du comité de suivi du contrat-plan 2008-2012 de l’Office du Niger se tient dans un contexte où l’Office est à la croisée des chemins : insuffisance dans l’entretien du réseau hydraulique, non-respect du calendrier agricole, sous-équipement des exploitants, mauvaise planification des projets et programmes.

Les PTF assurent

Des difficultés que le PDG de l’Office du Niger a signalées avec insistance aux partenaires techniques et financiers. Kassoum Dénon a réaffirmé la volonté de l’Office du Niger à davantage fructifier ses relations financières, administratives et amicales avec les partenaires techniques et financiers.

Il a demandé aux partenaires techniques et financiers à accompagner l’Office du Niger vers le succès. M. Dénon n’a pas tari d’éloges pour la présidente du comité de suivi du contrat-plan qui présidait pour la dernière fois la réunion.

En réponse, Mme Sidibé Zaminatou Cissé a reconnu qu’en plus des difficultés évoquées, il y a également d’autres défis à relever à l’image de celui de la mobilisation de fonds, les longs délais de passation de marchés… « Ces difficultés nous interpellent sur la nécessité de diligenter la conclusion de l’arrangement spécifique relatif à l’appui budgétaire sectoriel en faveur de l’Office du Niger », a-t-elle poursuivi.

Le cri de cœur de la partie malienne a trouvé un écho favorable auprès des partenaires techniques et financiers. Ces derniers, par la voix de leur chef de file, Jaco Mebius, ont fait montre de leur détermination à être aux côtés de l’Office. « Nous sommes là et nous serons là », a-t-il assuré.

Le contrat-plan est le cadre pragmatique pour obtenir l’appui des partenaires techniques et financiers.

Mohamed Daou

15 Avril 2010.