Partager


Les bénéficiaires des prêts acquéreurs auprès de la BHM-SA ne savent plus où donner de la tête. Depuis quelques jours ils font le va-et-vient entre la BHM et Mali-Univers. Et pourtant les risques d’affrontement ne sont pas à écarter.

Le 11 août 2006, la Direction générale de Mali-Univers adressait aux occupants de ses logements, supposés avoir bénéficié de prêts-acquéreurs auprès de la Banque de l’habitat du Mali SA, une correspondance où elle leur demandait de bien vouloir fournir les preuves de l’effectivité du paiement à la société Mali-Univers, le prix d’acquisition du logement.

Depuis, Mali-Univers n’a enregistré aucune réaction positive. La direction, par souci du maintien d’un climat social apaisé, vient à nouveau de relancer les bénéficiaires de prêts acquéreurs afin que la régularisation de la vente ne soit entachée d’aucune irrégularité.

Des copies de lettres ont été envoyées au Vérificateur Général pour leur permettre de suivre à nouveau l’évolution de cette affaire qui ne vise, ni plus, ni moins, que l’état de commercialisation des logements de Mali-Univers.

Depuis bientôt deux ans, la société immobilière que l’on dit être redevable à la BHM-SA de la somme de 16 milliards, se bat pour obtenir de la banque la reddition de ses comptes.

La direction générale de Mali Univers ne démord pas. Les responsables sont déterminés à tirer au clair cette affaire. C’est pourquoi, à force de se concentrer sur le dossier, des nouvelles révélations font jour.

Mali-Univers, à ce que l’on sache, n’a obtenu d’aucun de ces acquéreurs, les preuves attendues. Pire, à force de recherches, la société a découvert qu’elle n’a été associée à la signature d’aucun des actes devant formaliser les ventes de ces logements appartenant à la société.

Aussi, il faut savoir que malgré les irrégularités relevées dans la procédure d’acquisition, certains de ces actes ont pu être enregistrés au niveau des domaines. Quelles legèreté dans le travail administratif et même chez certains notaires!

Sur les minutes de la convention censée formalisée la vente, la convention est signée par toutes les parties, excepté le propriétaire et le vendeur du logement, Mali-Univers.

Face à ces irrégularités, la direction générale de la société immobolière n’entend pas reculer et n’exclut pas la possibilité d’ester en justice pour reprendre ces maisons.
Ce sera une première au Mali.

Les risques d’affrontements sont grands. Il urge que les autorités bancaires et de tutelle tire au clair cette situation. Le Mali a besoin de paix et de quiétude.

Les bénéficiaires grugés ont, semble-t-il, versé un apport et remboursé la BHM-SA, un prêt avec intérêt dont la mise en place n’est pas prouvée. Mali-Univers, en conclusion, estime que ses maisons sont occupées depuis des années, sans contrepartie et en dehors de tout cadre juridique.

L’Etat va-t-il rester passif face à cette situation explosive aux conséquences lourdes ? Ou contraindre la BHM a accepter la reddition tant réclamée même par le Vérificateur général ?

Il reste sûr que nous nous acheminons vers un affrontement entre Mali-Univers, la BHM-SA et les acquéreurs

Tiémoko TRAORE

03 novembre 2006.