Partager

Évincé de la présidence de l’Association des Municipalités du Mali, lors du Congrès de cette structure tenu au CICB, les 15 et 16 mai 2010, le maire de la Commune III du District de Bamako, Abdel Kader Sidibé, a saisi le tribunal administratif de Bamako pour « annulation des opérations de vote » qui ont mis en place le nouveau bureau présidé par le maire de la Commune V du District de Bamako, Boubacar Bah dit Bill. Le droit sera dit ce matin et confirmera ou infirmera la régularité de ce Congrès.

De sources bien introduites, c’est ce matin à 9 heures que se tient le procès relatif à la requête introduite par le maire Abdel Kader Sidibé, président sortant de l’AMM, qui conteste la régularité des opérations de vote ayant conduit à son éviction de la tête de l’AMM.

En effet, le Congrès des 15 et 16 mai 2010 a mis en place, par main levée et par liste bloquée, un nouveau bureau de 95 membres pour présider aux destinées de cette organisation faîtière des municipalités du Mali. Ceci, sous l’impulsion d’une plate-forme de partis politiques, de groupements d’indépendants et du Mouvement Citoyen. Ce qui avait été dénoncé par Abdel Kader Sidibé comme une ingérence des politiques dans la sphère des associations.

S’en suivirent des divergences de vue et une véritable guéguerre qui a abouti à l’exclusion, pour indiscipline, du maire de la Commune III et celui de la Commune rurale de Kourouma (Cercle de Sikasso), Adama Diarra, un autre candidat à la présidence de l’association, des rangs de l’ADEMA.

Selon nos informations, les avocats du requérant, Maîtres Ousmane Bocoum, Magatte Saye et autres, pourraient axer leur argumentaire sur les vices relatifs aux amendements portés aux statuts et règlements intérieurs de l’AMM. Lesquels amendements, suggérant le vote à main levée et qui n’ont pas été adoptés, mais imposés aux congressistes. Et c’est sur la base de ces amendements non adoptés que le vote a été fait ; alors que les statuts de l’association imposent le système du vote secret.

En outre, selon les conseils du président sortant de l’AMM, les textes réfutent tout vote par liste bloquée, puisque les statuts parlent de « vote secret uninominal qui doit se faire poste par poste. C’est en violation flagrante de cette procédure de vote que tout est parti…  »

Il faut rappeler que, le maire de la Commune V du District de Bamako, Boubacar Bah a récemment forcé les portes du bureau de Kader, y a accédé par effraction, avant de changer les serrures. C’était à la faveur de sa prise de fonction le 31 mai 2010. Par exploit d’huissier Kader et son avocat ont fait constater les faits. Des faits qui pourraient donner lieu à une autre action en justice contre celui qui dirige aujourd’hui l’AMM. Wait and see.

Bruno D SEGBEDJI

30 Juin 2010.