Partager

Construites dans la précipitation, les maisons de recasement de la population de Tobacoto ne tiennent plus. Le site de ces maisons appelé “chantier” par les habitants est devenu une ruine. chaque pluie fait son lot de sans abris au “chantier” de Tobakoto .

Après les recherches de la société Nevsun Resources sur l’or de Tabakoto, il a été décidé qu’une grande partie du village va être détruite pour la construction de la mine.

Ainsi, après les études, le côté ouest du village a été choisi comme zone où les constructions devaient être faites par la société TAMICO-SA (Tambaoura Mining Company). Pour réussir cette opération, des maisons en tôle, des toilettes, des cuisines et des magasins ont été construites pour les déguerpis.

La construction pour chaque propriétaire était fonction du nombre de maisons qu’il possédait dans son ancien logement. Ainsi furent faites les constructions et du coup les déménagements. La nouvelle cité est appelée par les populations «Santé».

Moins de trois ans aujourd’hui, après la réalisation de ces bâtiments, les locataires sont pessimistes quant à leur durée. Du point de vue de la plupart des habitants, ces maisons ont été construites à la hâte. C’est-à-dire dans une précipitation totale.

«Au début de leur construction, les maisons de la «santé» avaient permis à plusieurs personnes de dire qu’avec les maisons en tôle que c’est la fin de la reprise interminable des toitures en paille. Mais moins de trois ans après leur réalisation, les espoirs sont en train de s’amoindrir chez les gens qui croyaient terminer avec les maisons en banco. Car la façon dont elles sont construites n’est pas bonne et rassurante.

Tout simplement elles ont été faites à la hâte. La preuve est que l’année dernière, en période de saison des pluies, plus d’une centaine de maisons sont tombées. Cette année, on ne sait pas combien seront en ruine», a fait savoir M. Kéïta. Et de poursuivre : «vous voyez, elles ne sont pas achevées définitivement. Certaines maisons manquent de fenêtres, et la plupart d’entre elles sont mal crépies, peintes et cimentées. Ce qui fait qu’elles se détériorent».

En tout cas, beaucoup de personnes sont retournées aux cases rondes avec l’écroulement des maisons en tôle.

Hadama B. Fofana

26 Juin 2008