Partager

La célébration du «Mois du consommer local» vise à susciter un changement de mentalité et des habitudes de consommation chez chacun des Maliens en tant que consommateurs

Un vent nouveau souffle sur le Mali depuis quelques temps : les opérateurs économiques notamment nationaux investissent dans l’agriculture et la réalisation d’unités de transformation de nos produits locaux.

Cette dynamique mérite d’être encouragée par la population. Celle-ci en optant pour la consommation des produits locaux, soutiendra la demande nécessaire à l’incitation du secteur privé à réaliser des investissements créateurs de richesses, générateurs d’emplois décents, porteurs de valeur ajoutée et d’une croissance inclusive.

C’est tout le sens de l’instauration, le 25 octobre 2019, du «Mois d’octobre, mois du consommer local dans l’espace Uemoa» par les ministres en charge du Commerce des états membres l’Union et sa Commission.

Notre pays a célébré la 3è édition sous le thème : «Consommation des produits locaux, un levier d’accroissement des investissements productifs, de développement et d’intégration économique». Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Mahmoud Ould Mohamed a lancé les activités vendredi dernier dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali, (Ccim).

À ses côtés, ses collègues du Développement rural, Modibo Keïta, et de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo. Le ministre en charge de l’Industrie a profité de cette tribune pour inviter les consommateurs à prioriser la production locale dès lors qu’il sera en compétition avec un produit importé. «Un autre défi, qu’il nous revient de relever, est d’œuvrer à assurer l’autosuffisance alimentaire dans les années à venir», dira-t-il. Avant d’insister sur la nécessité de travailler pour une meilleure conservation desdits produits afin d’assurer leur durabilité tout en préservant leur qualité.

Pour y arriver, le chef du département du Commerce a exhorté les opérateurs économiques à investir davantage dans les Petites et moyennes entreprise (PME) et les Petites et moyennes industries (PMI). Afin, selon lui, de valoriser davantage la production locale et sa transformation en vue d’en tirer une meilleure plus-value.

Revenant sur l’objectif visé par la Commission de l’Uémoa au Mali en instituant ce Mois, le représentant résident de l’Uemoa a rappelé que l’objectif est de réserver une place de choix aux produits locaux dans les habitudes de consommation de nos populations et dans les initiatives du secteur privé. Il s’agira notamment, selon Mamadou Moustapha Baro, de mettre en valeur les vertus et les qualités des produits locaux et sensibiliser les populations sur la nécessité d’encourager la production et la consommation locale.  Quant à la vice-présidente de la Ccim, elle dira que sa structure va œuvrer durant toute l’année à promouvoir nos produits locaux et à réserver une place de choix aux femmes transformatrices lors de la Foire exposition internationale de Bamako (Febak) dont la prochaine édition se tiendra courant fin 2022 et début 2023.

La cérémonie de lancement a été marquée par la visite des stands exposant les produits locaux.

Source: L’Essor