Partager

L’amphithéâtre du CRES de Badalabougou abrite, depuis hier lundi 16 juillet, la formation des « hommes énergie ». L’atelier vise à renforcer leurs capacités dans le contrôle de la consommation de l’eau et de l’électricité dans les services publics.

Aujourd’hui, au sein de l’administration malienne l’eau et l’électricité sont gaspillées démesurément. Les robinets sont ouverts toute la journée. Quant à l’électricité, elle est consommée sans économie aucune. Les climatiseurs fonctionnement en permanence, les ampoules des bureaux passent les nuits allumées.

Conséquence, l’Etat débourse chaque année des sommes pharamineuses pour régler des factures d’électricité et d’eau. A preuve, du 1er janvier au 31 décembre 2005, le montant des factures d’eau d’électricité de l’Etat étaient estimées à 13 milliards de F CFA.

Pour atténuer l’incivisme des fonctionnaires, le gouvernement a préconisé des mesures. A cet effet, il a mis l’accent sur la nomination des « hommes-énergie ». Ceux-ci sont chargés d’assurer le contrôle et la mise en application de ces mesures.

Chaque département ministériel et institution de la République est doté d’un « homme-énergie » pour optimiser les puissances souscrites des structures visées, faire appliquer les mesures édictées dans la « fiche indicative des mesures », instruites dans la lettre circulaire, surveiller le respect des normes et comportements édictés dans l’usage des appareils de froid et de climatisation dans les locaux qui en sont pourvus et, enfin, surveiller le processus de facturation depuis le relevé des compteurs jusqu’à la validation pour paiement.

Force est de constater que les «hommes énergie», dans l’accomplissement de leurs activités, rencontrent de nombreuses difficultés d’ordre technique.

Ainsi, le département des Mines, de l’Energie et de l’Eau, à travers la direction nationale de l’énergie, a organisé ladite formation pour une mise à niveau conséquente et les rendre plus aptes à identifier des gisements d’économies d’énergie opportuns.

La cérémonie d’ouverture a été présidée par Solomani Diakité, conseiller technique au département.
Selon lui, l’importance de cette session est capitale.
Ainsi, a-t-il poursuivi: « Le Mali subit actuellement, de plein fouet, les effets conjugués du renchérissement du prix des produits pétroliers sur le marché mondial et du sous-équipement en infrastructures énergétiques modernes. Ces facteurs hypothèquent dangereusement la mise en œuvre de la politique de développement socio-économique du pays« .

Bou Traoré, directeur national adjoint de l’énergie, s’est fait un devoir de présenter les  » hommes énergie « . « Les hommes énergie sont une émanation de la volonté politique des autorités du Mali de donner et d’institutionnaliser les meilleures pratiques de maîtrise des consommations d’énergie électrique et d’eau potable au niveau des structures publiques » a-t-il précisé.

Les travaux de cette formation prendront fin le samedi 21 juillet 2007.

17 juillet 2007.