Partager

Les autorités ouvrent ainsi la voie à la mise en œuvre de l’une des recommandations des Assises nationales de la refondation. L’organe législatif de la Transition passe désormais à 147 membres

L’élargissement du Conseil national de Transition (CNT) à 147 membres était longtemps réclamé par plusieurs regroupements politiques et organisations de la société civile. La même demande a été formulée lors des Assises nationales de la refondation (ANR) tenues en décembre 2021. Compte tenu de la pertinence de la question, l’élargissement du Conseil national de Transition (CNT) à 147 membres a été pris en compte dans les recommandations des Assises nationales de la refondation.

Résolu à mettre en application les recommandations des ANR qu’il considère comme étant les aspirations profondes du peuple malien pour l’avènement d’un Mali nouveau qui repose sur la stabilité, la prospérité et le développement humain durable, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a ainsi procédé, vendredi dernier, à la nomination de 26 nouveaux membres  qui vont siéger dans l’organe législatif de la Transition.

 Leurs noms ont été dévoilés dans le décret n°2022-0626/PT-RM du 28 octobre 2022 fixant liste nominative des membres additifs du Conseil national de Transition. Cette liste renferme une large palette de personnalités issues de groupements politiques et de la société civile. Les mouvements des femmes et des jeunes y trouvent leur compte avec notamment, la désignation d’une grande figure de la cause des femmes au Mali. Il s’agit de Mme Maïga Sina Damba, ancienne ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille (2007-2011).

Elle est actuellement la présidente du Réseau des femmes africaines ministres et parlementaires (REFAMP). Alioune Gueye, président du Réseau national de jeunesse du Mali (RENAEM) et ancien président du Conseil national de la jeunesse fait aussi son entrée au CNT.

Sur le plan politique, on peut noter la nomination du président de la jeunesse du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), Biton Mamary Coulibaly ou encore celle de l’ancien député du Cercle de Bourem, Mohamed Ould Mantali. Les faîtières de la presse voient leur représentation renforcer au CNT avec l’entrée de la journaliste à la Radio Benkan, Fatoumata Traoré.

S’il est vrai que l’élargissement du Conseil national de Transition (CNT) est une recommandation des Assises nationales de la refondation, il suscite néanmoins beaucoup de commentaires sur les réseaux sociaux. Certains pensent que c’est une dépense inutile pour un État qui fait face à une multitude de crises (sécuritaire, politique, humanitaire, économique, sociale). D’autres n’hésitent pas à parler de partage du gâteau.

 Mais ces remarques ne prennent pas en compte les avantages de cet élargissement. Les nouveaux arrivants vont enrichir l’organe législatif en termes d’expertise et de représentation des couches sociopolitiques de notre pays.

Ce qui permettra de rendre plus efficace le travail parlementaire. Sans compter que l’élargissement de la base politique de la Transition est un gage supplémentaire de stabilité. La stabilité politique et sociale n’a pas de prix. Surtout dans un pays en crise comme le nôtre.

LISTE COMPLÈTE DES NOUVEAUX MEMBRES DU CNT:

Mamary Binton Coulibaly, Mme Maïmouna Gadjigo, Mme Mallé Aida Koné, Boubacar Daffé, Moustapha Diakité, Mme Aissata Hamadou Maïga, Binke Kamité, Saloum Ould Jidahlou , Mountaga Diakité, Mme Aissata Amadou Bocoum, Mme Fatoumata Traoré, Alioune Gueye , Mme Bouaré Fanta Dienta, Mme Maïga Sina Damba, Mahamadou Samba Keïta, Salaha Maïga, Boubacar Sidigh Taleb Sidi Ali , Mme Konaté Zeinab Guissé, Moise Dougnon, Mme Diallo Fatoumata Cissoko, Boubacar H. Diallo, Filifing Diakité, Aissatou Soumeilou, Modibo Maïga, Cheick Alwata Diarra, Mohamed Ould Mantali.

Source: L’Essor