Partager

Une plate forme d’alliance pour la conquête des postes stratégiques du conseil communal a été scellée le 2 mai 2009 vers 3 heures du matin au domicile de Hamady Sow. Les débats étaient dirigés par Boubou Koïta, Secrétaire général du Rassemblement Pour le Mali. A la suite des débats, un bureau consensuel a été mis en place.

Il sera dirigé par Mme Konté Fatoumata Doumbia. Le poste de premier adjoint est revenu à Kafo Folo Jama Jigui, celui du deuxième au RPM. L’alliance est composée de l’Adema, du RPM, de Kafo folo Jama Jigui, du MPR et de l’URD.

L’Adema toujours puissante

Qui avait dit que l’abeille « méchante » n’avait plus de sous pour ratisser large aux élections communales d’Avril 2009? Le contraire, nous a été prouvé par les cadres de l’Adema.

Selon une source bien informée, les présidents des institutions ont chacun déboursé 15 millions, leurs ministres 10 millions, les directeurs nationaux Adema 5 millions, les régionaux 2 millions. Quand « au président fondateur » des liasses de billets de banque à titre de contribution. Les faits nous rappellent la réélection d’ATT en Avril 2007. Et dès lors, le Trésor public est parti en faillite.

27 Novembre 1968 : Dissolution de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), unique organisation syndicale du pays, par le CMLN. Un comité consultatif provisoire est chargé de la gestion des biens et avoirs de l’UNTM jusqu’à l’élection d’un nouveau bureau par des voies libres et démocratiques.


1969 :
Suppression des champs collectifs par le Comité militaire de libération nationale (CMLN). La politique agricole met l’accent désormais sur l’augmentation de la production de l’arachide, du coton, du riz et sur la formation des jeunes.


1er février 1970:
Inauguration du village Post-cure de Samanko construit par le Lions -Club de Bamako à 17km de la ville.


10 Avril 1972 :
Inauguration de la 3ème unité d’égrenage de coton à Koutiala. D’une capacité de 42.000 tonnes, cette unité porte ainsi la capacité de coton de notre pays à 97.000 tonnes par an.

C’était en janvier 1973 : Au Centre Pédagogique Supérieur de l’Ecole Normale Supérieure, quatre jeunes étudiants maliens : Bakari Traoré, Amadou Karabinta, Ousmane Dembelé et Tiémoko Mallé soutiennent brillamment leurs thèses de doctorat en spécialité mathématiques pour le premier et en géométrie pour les trois autres. Pour la première fois, l’enseignement atteint un tel niveau dans notre pays.


11 Mai 2009