Partager

La salle de conférence du Conseil malien des chargeurs a abrité, le vendredi dernier, la cérémonie solennelle d’installation du nouveau bureau du Conseil, présidé par Ousmane Babalaye Daou. C’était sous la présidence de Bamba Sissoko, Conseiller juridique au ministère de l’équipement et des transports.

C’est enfin l’épilogue de la longue bataille judiciaire née des élections des membres consulaires du Conseil malien des chargeurs, le 17 mars 2007, entre le président sortant du CMC, Amadou Djigué et son challenger, Ousmane Babalaye Daou.

Ce dernier, vainqueur des dites élections, vient d’être installé officiellement dans ses nouvelles fonctions de président du Conseil malien des chargeurs.

Cette installation officielle du nouveau bureau fait suite à l’arrêt n°199 du 28 décembre 2007 de la section administrative de la Cour suprême qui a mis fin aux prétentions de Amadou Djigué après un long feuilleton judiciaire.

Faut-il rappeler que les élections du 17 mars ont été remportées par la liste B conduite par Ousmane Babalaye Daou contre la liste A, dirigée par le président sortant du CMC, Amadou Djigué.

Ce dernier a contesté la victoire de son challenger sous prétexte que le tribunal administratif de Bamako, en son audience extraordinaire du 16 mars 2007 en matière de contentieux de liste électorale, a annulé l’inscription de Ousmane Babalaye Daou sur la liste des candidats à l’élection des membres consulaires du CMC pour défaut, de qualité conformément aux dispositions de l’article 2 du décret n°99 – 426 / P-RM du 29 décembre 1999.

Le Tribunal administratif avait effectivement annulé l’inscription de Babalaye Daou sur la liste des candidats pour défaut de qualité dans un jugement rendu le 16 mars 2007.

Mais, le tribunal administratif rétracta le jugement du 16 mars 2007, en indiquant, dans son jugement du 30 mars 2007, que Babalaye Daou avait fourni des pièces démontrant qu’il avait la qualité requise pour être éligible.

C’est le début d’un marathon judiciaire qui a connu plusieurs rebondissements jusqu’à l’arrêt n°199 de 28 décembre dernier de la section administrative de la Cour suprême qui a confirmé la victoire de Ousmane Babalaye Daou.

Avec l’installation solennelle du nouveau bureau du CMC, Ousmane Babalaye Daou, élu le 31 mars 2007, président du CMC lors d’une Assemblée consulaire des chargeurs, prend officiellement fonction pour un mandat de 5 ans.

A la tête d’un bureau de 7 membres, le nouveau président se propose déjà de dévoiler dans les prochains jours ses ambitions et son plan d’action pour le CMC.


I. Maïga

14 avril 2008.