Partager

C’est la Banque Centrale des Etats des Etats des Afrique de l’Ouest (BCEAO) qui a eu l’honneur d’ouvrir hier le bal des réunions statutaires de l’Union Economique et Monétaire des Etats de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA). Les travaux se sont déroulés sous la présidence de son Gouverneur, Philippe Henri Dacoury Tabley au siège de l’Agence principale de la BCEAO-Mali.

Au regard des attentes des Autorités de l’Union, il importe que le nouvel organe que constitue notre Conseil soit rapidement doté des structures et textes nécessaires à son bon fonctionnement en vue de lui permettre d’assurer convenablement la mission qui lui a été assignée, à savoir l’orientation et la supervision de l’action de la Banque centrale, en tant qu’entreprise » a souligné le Gouverneur Philippe-Henri Dacoury Tabley à l’ouverture des travaux.

C’est à cet égard que ces assises du Conseil d’administration ont été consacrées à la mise en place du Comité d’Audit ainsi qu’à l’examen et l’adoption des règlements intérieurs du Conseil d’administration de la BCEAO et du Comité d’Audit sans oublier le Code d’éthique et de déontologie des organes de la Banque Centrale.

Il est à signaler que dans la nouvelle architecture institutionnelle, le Comité d’Audit, est un organe important qui devra assister la BCEAO dans l’amélioration de la qualité de son administration, de son fonctionnement, de l’information financière et de son système de contrôle. « Aussi, sa mise en place et la finalisation des textes devant régir son fonctionnement constituent-elle une étape importante dans la mise en place du dispositif de la Réforme institutionnelle » a encore relevé le Gouverneur de la BCEAO.

Dans son mot de bienvenue aux Administrateurs, Philippe Henri Dacoury Tabley avait rappelé que la précédente rencontre s’est tenue à Dakar au Sénégal, le 14 septembre 2010. Au cours des travaux de cette session, les Administrateurs se sont penchés notamment sur les propositions relatives à l’augmentation du capital de la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD) et l’application des dispositions de l’article 89 des statuts de la BCEAO.

Au cours de sa réunion du 1er octobre tenue à Ouagadougou, le Conseil des ministres de l’UEMOA s’est particulièrement félicité du démarrage des travaux des nouveaux organes issus de la Réforme Institutionnelle de l’UMOA et de la BCEAO, entrée en vigueur le 1er avril 2010, et a exhorté les membres desdits organes à œuvrer sans relâche, dans leurs domaines respectifs, pour la consolidation de l’efficacité et la crédibilité de la Banque Centrale.

A rappeler que l’institut d’émission regroupe les huit pays membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine qui a vu le jour en 1994 sous les auspices de l’UMOA pour donner un coup de fouet à la coopération économique.

Ces pays totalisent une superficie de 3 509 600 km2 pour une population de 90 474 000 habitants. Ce sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Niger et le Togo.

L’UEMOA ambitionne d’accélérer la croissance, réduire la pauvreté, promouvoir le développement durable et consolider l’intégration économique et sociale de l’Union. Cela passe par la consolidation de la bonne gouvernance, le développement des infrastructures économiques, la construction d’un appareil productif intégré, le développement des ressources humaines et la mise en place d’un partenariat pour mobiliser des ressources.

Les indicateurs de croissance et de développement dans l’espace UEMOA font apparaitre que plus de 47% de sa population vivent avec moins de 2 dollars par jour et par personne, une espérance de vie à la naissance de 54 ans contre 66 ans dans l’ensemble des pays en voie de développement et 79 ans pour les pays industrialisés, 33% de la population ont accès à l’eau potable contre 37% pour l’Afrique au sud du Sahara, un taux d’analphabétisme de 33% contre 37% pour l’Afrique au sud Sahara et un IDH classant ses pays entre le 152ème et le 176ème rang sur177 pays.

Le contexte économique de l’Union se caractérise par des taux de croissance moyens au plan démographique de 2,8%, du PIB réel de 3,5%, au plan du PIB réel per capita de 0,6%, de l’investissement total de 16,8%, de l’investissement public de 7,3%, de l’investissement privé de 8,4%, de l’épargne intérieure brute de 14,0% et de l’inflation de 7,4%.

Notons que les réunions statutaires de l’UEMOA se poursuivront aujourd’hui avec la tenue de la 79ème session du Conseil d’administration de la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD).

Elles seront couronnées demain, vendredi 7 janvier, par la Conférence des ministres de l’UEMOA.

Yaya SIDIBE

06 Janvier 2011.