Partager

À l’occasion de sa participation à ce rendez-vous de la capitale ivoirienne, le chef du gouvernement a saisi l’occasion pour exprimer la volonté des autorités de la Transition à relancer la Poste qui est l’un des instruments de la présence de l’État sur le territoire

Le Premier ministre, Dr Choguel Kokalla Maïga, est, depuis hier, dans la capitale ivoirienne sur invitation du président Alassane Dramane Ouattara pour participer au 27è Congrès postal universel de l’Union postale universelle (UPU) que le continent africain attendait d’organiser depuis plus de huit décennies. Ces assises se tiennent sous le thème : «Digitalisation des services postaux, développement du e-commerce» avec comme slogan : «L’Afrique vous invite, la Côte d’Ivoire vous accueille et Abidjan vous reçoit».

Le Premier ministre représentait à la rencontre le président de la Transition, Assimi Goïta. Il a été accueilli à son arrivée par la ministre d’État, ministre des Affaires étrangères de la Côte d’Ivoire, Kandia Camara, avant d’être conduit au Sofitel Hôtel Ivoire où il a pris ses quartiers.

Dr Choguel Kokalla a assisté à l’ouverture de ces assises, accompagné du ministre de la Communication, de l’Économie numérique et de la Modernisation de l’Administration, Harouna Mamadou Toureh et son collègue des Maliens établis à l’extérieur et de l’Intégration africaine, Alhamdou Ag Ilyene et en présence de l’ambassadeur de notre pays en Côte d’Ivoire, Ousmane Ag Rhissa.

La cérémonie était présidée par le Premier ivoirien, Patrick Achi avec lequel, Dr Choguel Kokalla Maïga partage globalement une identité de vue sur les grandes préoccupations de développement de nos pays et des nouvelles technologies de communication sur le continent africain.

Ces assises permettront de revoir en détails les actions accomplies jusque-là dans le cadre de la promotion et de la modernisation des postes et de déterminer vers quoi s’orienter en termes de politique globale de développement de la Poste à l’échelle planétaire afin de favoriser le e-commerce. Dans nos pays, les Postes ont été trop longtemps confinées à acheminer des correspondances au double plan national et international et à l’envoi et la réception des mandats.

S’ARRIMER AU TRAIN DU PROGRÈS- Au stade actuel de l’évolution des techniques et technologies, les Postes doivent se réinventer pour répondre aux défis de l’heure mais surtout aux exigences de nos peuples. À cet effet, les dirigeants entendent décliner en actions de développement des Postes, un catalogue d’intentions pour coller à l’air du temps, donc du progrès. Exit donc le dilettantisme et place à l’accélération de la digitalisation et développement du e-commerce.

Durant trois semaines environ, les 600 participants des 192 pays membres de l’institution postale et les 1.000 délégués qui suivent virtuellement les travaux à travers le monde établiront une nouvelle carte postale pour les quatre ans à venir.

À ce propos, le ministre ivoirien de l’Économie numérique, des Télécommunications et de l’Innovation, Roger Adom, a expliqué que son pays sera la capitale mondiale de la poste pendant cet événement. Il a aussi expliqué que l’organisation de ces assises était une ambition affichée par la Côte d’Ivoire sous le leadership de ses plus hautes autorités et qui est devenue une réalité. Pour lui, l’Afrique a attendu 87 ans pour abriter un congrès de l’UPU après celui organisé par l’Égypte en 1934.

Le président du Comité d’organisation du congrès, Diakité Coty Souleymane, a invité les participants à faire prévaloir le consensus et à jouer la carte de la neutralité. La réussite de la tâche confiée dépend de la détermination commune à y parvenir. Il a rappelé les contributions des pays dans l’application des réformes, l’intégration et les questions de rémunérations et de développement du e-commerce seront au cœur des débats tout au long de ces assises. Celles-ci doivent aussi déboucher sur le renouvellement du bureau de l’instance postale internationale.

Les différents intervenants ont été unanimes à reconnaître l’urgence et la nécessité pour les pays africains de s’inscrire dans l’ère de la digitalisation pour ne pas rester à la traine dans le développement du e-commerce. Le directeur général du Bureau international de l’UPU, Bichar A. Hussein, a fait un check-up de la situation et expliqué que c’est une opportunité de faire un inventaire des innovations à apporter pour s’arrimer au train du progrès.

CARACTÈRE MÉMORABLE- Patrick Achi a relevé que le congrès est historique avant de rappeler que trois facteurs contribuent à donner ce caractère mémorable à cet événement. Les enjeux du congrès parce que «la Poste est une industrie de services, essentielle dans la communication et dans les échanges de biens». Il représente aussi une phase victorieuse du combat que nous menons sur le continent africain contre la pandémie de la Covid-19.

Il a surtout souligné que ce congrès est stratégique parce qu’il n’a pas été organisé dans le continent africain depuis des lustres. «Ce qui constitue une preuve de la montée en puissance de l’Afrique dans la mondialisation», a précisé le Premier ministre ivoirien.

Quant à Choguel Kokalla Maïga, il a rappelé qu’il est venu représenter le président de la Transition, Assimi Goïta qui a été officiellement invité par son homologue ivoirien à participer à cet événement qui n’a pas eu lieu en Afrique depuis 87 ans. «C’est un événement de portée historique pour toute l’Afrique. Le fait que le président de la Côte d’Ivoire puisse écrire au président de la Transition pour y participer, cela est un message positif qu’il faut décoder», a expliqué le Premier ministre avant de se réjouir de l’accueil qui lui a été réservé.

Il a rappelé qu’il a trouvé par un heureux hasard de circonstances, un réseau d’amis qui dirige les institutions de la Côte d’Ivoire, aujourd’hui, notamment le Premier ministre, le président du Senat et celui de l’Assemblée nationale.

«Ce sont des amis avec lesquels j’ai travaillé pendant longtemps, notamment lors de la période de crise électorale de 2009-2010 en Côte d’Ivoire. Nous les avons soutenus et aidés. En retour nous sommes, aujourd’hui, dans les difficultés et nous ne doutons pas que notre pays va bénéficier du soutien des autorités ivoiriennes», a expliqué Choguel Kokalla Maïga.

Il a aussi rappelé que le président Ouattara est très attaché au Mali, avant de souligner qu’après le passage du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop, en Côte d’Ivoire, et qui fait selon lui du bon travail cela est un bon prélude. L’occasion doit être saisie pour relancer la Poste.

Il a rappelé que des initiatives avaient été prises pour la relancer lorsque lui-même occupait le portefeuille de ministre de la Communication et de la Poste. «La Poste est un élément important de l’exercice de l’autorité de l’État sur le territoire», a indiqué le Premier ministre, soulignant la détermination des autorités de la Transition à prendre en main les préoccupations de nos compatriotes.

En marge des assises de l’UPU, le Premier ministre a rencontré la communauté malienne vivant en Côte d’Ivoire pour partager avec elle les nouvelles de la nation et surtout s’enquérir de leurs préoccupations essentielles dans le pays d’accueil.


Envoyé spécial
Bréhima DOUMBIA

Source: ESSOR