Partager

Les lampions se sont éteints la semaine dernière sur le 1er congrès constitutif du Syndicat National des Enseignants Fonctionnaires des Collectivités Territoriales (SYNEFCT). A l’issue de deux jours de travaux, les congressistes ont élu Boubacar Païtao Secrétaire Général du syndicat pour un mandat de 5 ans.

Venus de l’intérieur du pays et de Bamako, les congressistes ont, au cours de leurs travaux, élaboré des textes et règlements du tout nouveau syndicat et élu un bureau de 36 personnes.

Dirigée par Boubacar Païtao, cette équipe aura entre autres comme missions la défense comme tout syndicat, les intérêts matériels et moraux de ses adhérents. Déjà, le tout nouveau Secrétaire général dispose d’un cahier de doléances qui sera bientôt remis aux autorités compétentes.

Ce cahier traite de, entre autres points, la valorisation de la fonction enseignante, la finalisation du processus d’intégration des contractuels dans la fonction publique des collectivités et de l’Etat; la revalidation de la relecture de la loi portant statut de la fonction publique des collectivités; l’attribution des numéros matricules nationaux à tous les enseignants fonctionnaires des collectivités territoriales; l’indemnisation des enseignants victimes des évènements du Nord du Mali; l’octroi d’une bonification d’échelons aux enseignants intégrés dans la fonction publique des collectivités; la tenue régulière des sessions de hiérarchisation et d’avancement parmi les points de revendication consignés.

Le nouveau Bureau demande également l’application correcte de la lettre circulaire N°0167/MEF-SG, en date du 19 mai 2011, relative à la procédure de traitement des salaires des enseignants des collectivités dont les salaires font l’objet de transfert à partir du budget de l’Etat et le paiement immédiat des rappels d’intégration, d’avancement et de hiérarchisation en instance.

Pour ses tous premiers propos à la tête du SYNEFCT, Boubacar Païtao a souligné que le syndicat compte revendiquer l’application des termes du procès-verbal signé, le 31 décembre 2011, entre le gouvernement et les syndicats, relatif à l’augmentation des primes de correction et de surveillance et des primes des directeurs d’école et des conseillers pédagogiques.

Yaya Samaké

05 Août 2013