Partager

Depuis 2007, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a reconnu et institué le 2 Octobre -date anniversaire de la naissance de Gandhi- comme “Journée mondiale de la non violence”. Pour célébrer cette journée, le Mouvement Humaniste Mali, a organisé, au siège de “Mali Enjeu”, une conférence-débat le jeudi 2 Octobre 2008 autour du thème : “La non violence active dans la résolution des conflits post-électoraux”.

Le Mouvement Humaniste est une manifestation du Nouvel Humaniste qui est un courant de pensée et d’opinion se proposant comme mission une transformation sociale pour le développement, et qui considère l’être humain comme une valeur centrale en vue d’humaniser la terre.

Selon le coordinateur dans le conseil 254 et président de la coordination malienne, M. Daouda Kouyaté, l’objectif du Mouvement est la création d’une nouvelle civilisation reposant sur des valeurs d’équité, de liberté et de non violence, dans le respect des différences de cultures. C’est un mouvement organisé autour de deux principes fondamentaux qui sont la réciprocité et l’auto-financement.

Pour le coordinateur du conseil Sigma dans le conseil 273, M. Balla Doumbia, à travers ce thème, le Mouvement vise l’expression de la lutte contre la violence sous toutes ses formes et quelle que soit sa justification. “Nous les humanistes, nous nous battons chaque jour pour gagner le combat de la non violence contre notre propre violence ; car la violence n’apporte que souffrance”, ajoutera le conférencier, avant de souligner que “cette souffrance dans la violence provoque une envie de vengeance qui est source de violence“.

Pour les humanistes, résoudre la violence par la non violence active sur le plan politique et social est la seule alternative possible. “C’est pourquoi nous demandons à toutes les institutions nationales et internationales l’utilisation de la non violence active comme solution des conflits, quelle que soit leur origine ou leur justification ; et que dans le futur, les Nations Unies l’adoptent dans ses résolutions“, a ensuite déclaré l’orateur, avant de citer comme exemple le cas du conflit ivoirien.

La seconde partie de l’exposé des conférenciers était axée sur le deuxième Forum humaniste africain de Naïrobi sur le thème : “La force de la diversité et de la non violence”, ainsi que sur les activités 2008-2009 du Mouvement au Mali.

A les en croire, le forum de Nairobi est la continuation de l’engagement commencé à Dakar. Il représente une rencontre pour tous ceux dont l’intérieur raisonne la clameur d’une Afrique humanisée, qui travaillent pour l’aspiration commune des peuples africains à une Nation humaine et universelle dans la culture sociale, politique, artistique, idéologique, morale, spirituelle…

Rappelons que le Forum de Nairobi (Kenya) intervient après plusieurs fora du genre tenus dans les capitales de pays africains et dans d’autres continents. (Europe, Asie, Amérique). Mais c’est surtout le forum de Dakar que les conférenciers ont développé, au cours de cette conférence-débat. Puisque, selon eux, c’est à partir de ce forum que le Mouvement a commencé à se structurer, pour partir du bon pied. Quant au Mali, il participera à ce forum attendu au Kenya.

Laya DIARRA

06 Octobre 2008