Partager

Après les événements tragiques qui se sont déroulés entre les bérets rouges et les bérets verts le 30 avril 2012, les femmes des deux camps ont décidé de se retrouver pour que leurs maris se réconcilient à leur tour afin qu’il y ait de l’entente et de la cohésion entre les frères d’armes pour libérer les régions du nord occupées.

Pour trouver une solution définitive à cette division entre les bérets rouges et les bérets verts et qui constitue un grand obstacle aujourd’hui pour l’unité de l’armée malienne, les épouses des militaires prônent la paix des cœurs. Selon Mme Sogodogo Fanta Samaké, présidente des femmes du camp para, « depuis le début de cet événement, il n y avait pas eu de rencontre entre les épouses de militaires et particulièrement ceux de Kati.

Ainsi, nous nous sommes mises d’accord sur cette initiative pour que la paix revienne ». Donc, il y a eu des échanges de contacts, c’est après cela que la visite de la présidente des femmes du camp Soundjata de Kati et ses camarades est intervenue. Les femmes de Kati ont réitéré leur volonté de préserver la paix au sein de l’armée malienne et c’est le souhait de toutes les femmes. Selon Mme Ouattara Nana Kadidia présidente des femmes du camp Soundjata de Kati « il n y a pas de mésentente entre nous, nous sommes toutes unies ».

Après une visite a été rendu au domicile du lieutenant- colonel Seydou Moussa Diallo pour connaitre son état de santé et aussi lui faire part de leur volonté de fumer le calumet de la paix. Aux dires de la présidente, le Colonel gréviste les a remercié et les a vraiment encouragées dans cette voie. «Dans ces deux jours, nous comptons rendre visite aux femmes du camp Soundjata de Kati et aussi à toutes les femmes dans d’autres camps aussi », a déclaré Mme Sogodogo. « Cependant, nous avons rencontré des responsables militaires pour que la réconciliation soit une réalité mais jusqu’ici nous n’avons pas eu de satisfaction », a-t-elle poursuivi.

Pour Mme Sogodogo, la situation dans le camp devient de plus en plus grave à cause du fait que certaines personnes n’arrivent plus à percevoir leur salaire normalement depuis plus de six mois. Parce qu’ils n’ont pas voulu se rendre à leurs nouveaux lieux de mutations suite à ces évènements malheureux. Si la paix revient parmi nous, cela ne pourrait être qu’une bonne chose pour nous les épouses et aussi pour nos enfants, estime notre interlocutrice. « Nos maris sont toujours en prison et ont ne sait pas quand est ce qu’ils seront libérés », s’inquiète Fanta Samaké.

Avant d’ajouter que «Tout ce que nous demandons aux responsables, c’est de libérer nos époux et qu’ils soient réhabilités dans leur fonction et que l’armée reste unie pour la reconquête du nord ». De l’avis de Mme Sogodogo, si les responsables acceptent leur médiation, il y a une forte possibilité pour qu’il y ait l’entente et la cohésion entre leurs maris. Enfin, elle lance un appel à la population malienne afin d’adhérer à leur initiative pour une armée unie et forte à la fois.

Dramé Ousmane Baba

Le Républicain du 13 Novembre 2012