Partager

Enlevés depuis le 22 février 2007 en Tunisie, les deux otages autrichiens Andrea Kloiber, 44 ans et Wolfang Ebner, 51 ans, un spécialiste du désert et tous deux des randonneurs expérimentés seront-ils bientôt libérés ?
Après le séjour en catimini de la ministre autrichienne des affaires étrangères au Mali au cours duquel elle a été reçue par le président de la République, le doute n’est plus permis.

C’est le mystère qui a entouré la présence de cette importante personnalité autrichienne qui a fini de convaincre tous les observateurs qui suivent de très près ce dossier.

En effet, arrivée le dimanche dernier dans la nuit et accueillie à l’aéroport de Bamako Senou par le ministre de l’emploi et de la formation, Ibrahima N’Diaye, la ministre autrichienne des affaires étrangères est repartie tôt le lundi matin. Chose curieuse encore, elle a été raccompagnée à l’aéroport de Bamako-Senou non pas par un ministre de la République mais par le protocole de la République. Aucun communiqué officiel sanctionnant la visite du chef de la diplomatie autrichienne n’a été publié encore moins une annonce quelconque sur les ondes de la télévision nationale.

Pourquoi tant de mystères ? De sources sûres, la ministre autrichienne des affaires étrangères est venue à Bamako pour procéder aux derniers réglages avec le président Amadou Toumani Touré avant la libération proprement dite des otages autrichiens.

Le gouvernement malien avait toujours déclaré n’avoir “aucune information” sur la situation géographique des deux otages localisés à 150 km de Kidal (nord) selon des informations concordantes. Les deux otages ont été enlevés par un groupe qui se serait rallié à Al Qaïda en septembre 2006. Il avait été l’instigateur de l’enlèvement en 2003 dans le Sahara algérien d’un groupe de 32 touristes européens qui avaient été libérés après le versement par l’Allemagne d’une rançon de près de 5 millions d’euros, selon des informations jamais confirmées officiellement.

Le Républicain

03 juin 2008