Partager

* Nord Mali : Une zone de non droit, selon ATT

La déclaration a été faite à la télévision nationale, le vendredi soir. Un général de Division Boni Amoussa Mathieu, à sa sortie d’audience chez ATT a affirmé que le président de la République lui a dit que la bande sahélienne est devenue une zone de non droit avec des trafics de tous genres, la drogue, l’insécurité. Il a précisé que cette zone concerne le sud de la Mauritanie, en passant par le Mali, le Niger, le Tchad, jusqu’au Soudan.
Le président lui a dit également qu’il organise une conférence régionale pour la paix et le développement, a précisé le général de division.


* Présidence de la République : La Cellule de communication joue à la discrimination


Votre quotidien Le Républicain n’a pas été invité à la cérémonie de remise de la lettre de mission à Daba Diawara le jeudi dernier (28 février). Cette même cérémonie a vu l’installation du Comité d’Experts. Ce traitement sélectif et discriminatoire lors de cette cérémonie d’intérêt public signifie que la cellule prend goût à inviter les journaux qui l’arrange et à laisser de côté ceux qui dérangent.


* Culture : Une festivalite aigue atteint tout le monde


Il y a comme une épidémie de festival qui, subitement, a atteint les régions et les ethnies maliennes, à tel point qu’on se demande s’il ne faut pas s’arrêter et regarder un peu de près. On distingue au Mali le festival d’Essakan, le festival sur le Niger, le festival Songhoi, le festival des musiques noires, le festival de Mopti, le festival dogon, le festival de Médine, le festival de Tambacounda etc.. Finalement, ne faut-il pas craindre que ces festivals attisent le réflexe identitaire et ethnique, toutes choses dangereuses pour le pays. Et dire que nombreux de nos ministres se promènent de festival en festival. L’Etat encourage. A-t-on réfléchi à l’impact sur le sentiment ethnique et l’unité nationale ?

* Ministre des Finances et Douanes : La fin d’un bras de fer

L’arrivée du Colonel Amadou Togola à la tête des Douanes maliennes marque la fin d’un bras de fer entre le Directeur Général et son ministre de tutelle. De sources dignes de foi, le Directeur Général sortant qui bénéficiait de protection en haut lieu de l’Etat n’avait aucune considération pour le ministre des Finances avec lequel les bras de fer se répétaient : il ne répondait pas aux convocations de son ministre. Les activités de ce clan perché au sommet de l’Etat et de ses opérateurs économiques étaient devenues gênantes pour le Premier ministre Modibo Sidibé. On dit que Togola est l’homme de Modibo Sidibé, sa nomination est donc la victoire du Premier ministre sur le clan de ceux qui l’ont jusque là empêché de gouverner.


* Assemblée nationale : La Cour constitutionnelle prête serment


Le 8 mars prochain, les Conseillers de la Cour Constitutionnelle prêteront serment devant l’Assemblée nationale et la Cour suprême réunies, sous la présidence du chef de l’Etat. L’Assemblée nationale sera certainement convoquée à la faveur d’une session extraordinaire. Cette cérémonie est la seule occasion prévue par notre Constitution où le président de la République se rend à l’Assemblée nationale.


* BDIA : Vers la fusion avec l’US-RDA


Le BDIA prépare une fusion avec l’USRDA. De source proche du parti, depuis l’arrivée de Souleymane Makamba Doumbia à sa tête, la formation ne cesse de péricliter. Dès son entrée dans le BDIA, cet homme, directement venu du mouvement citoyen, s’est comporté comme en mission d’ATT. Les rangs du parti se sont rétrécis telle une peau de chagrin. Après la vague des démissionnaires de la direction du parti, certaines sections seraient en négociation avancée pour adhérer à l’URD. Ce qui expliquerait l’ouverture prônée par le président du BDIA vers la grande famille de l’USRDA. Avec bien sûr le PIDS de Daba Diawara. Mais pour le moment, le fils de Tieoulé Mamadou Konaté, à savoir Mamadou Tiéoulé Konaté serait non partant et observe une hibernation politique.


03 mars 2008.