Partager


Nord-Mali : Une stratégie d’isolement d’Al-Qaïda en cours

La ville de Kidal située à près de 2000 km de Bamako a abrité la semaine dernière une conférence des préfets frontaliers algero-maliens sur Al-Qaïda.

Cette conférence qui a réuni pendant trois jours (du 6 au 8 février 2008), les préfets des départements d’Adrar, d’Illizi et de Tamanrasset (Algérie) et les gouverneurs de Kidal, Tombouctou et Gao (Mali) en présence des responsables de la sécurité des deux pays visait à mettre au point une stratégie d’isolement d’Al-Qaïda.

De source sûre, cette conférence intervient dans un contexte marqué par l’apparition de groupes islamiques armés affiliés à la nébuleuse d’Oussama Ben Laden dans la région du Sahel. Une région qui comporte des zones grises et des zones franches dont profitent les islamistes, mais aussi les trafiquants de drogue et de cigarettes.

Négociations : SNESUP- Gouvernement « Pas avec vous, monsieur le ministre… »

Hier, le syndicat national de l’Enseignement supérieur (SNESUP) était convié par le ministre Amadou Touré à une rencontre d’échanges sur leurs doléances. Alors que le ministre attendait tranquillement l’heure de la rencontre qui devrait avoir lieu au département, les responsables du syndicat lui ont tout simplement fait faux bond. En lieu et place de la conférence, le SNESUP a fait parvenir au ministre, la réponse à sa lettre. « Pour ouvrir les négociations le ministre du Travail, de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Etat est chargé, dans les règles de l’art, de créer une commission de conciliation avant l’entrée en vigueur du mot d’ordre de grève. Par conséquent le SNESUP décline toute rencontre avec vous et votre cabinet avant les négociations réelles au sein de la commission de conciliation ».

Le 11 février 2008 le CEN- SNESUP a déposé un préavis de grève auprès du ministère du Travail, de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Etat qui sera exécutoire à partir du 26 février.

L’unique point de revendication posé dans ce préavis est : la sanction totale des auteurs des agressions physiques et morales du personnel enseignant et administratif du supérieur et le rétablissement total de la sécurité dans les facultés, Institutions de l’Université de Bamako et Grandes écoles.

Entre la Femafoot et le ministère des sports : Le torchon brûle-t-il ?

Depuis l’échec des Aigles du Mali contre les Eléphants de la Côte-d’Ivoire, un froid s’est installé dans les relations entre le département de la Jeunesse et des Sports et la Femafoot.

Le premier plus conservateur et plus regardant sur la gestion des fonds publics est confronté à une volonté innovatrice quel que soit le coût de la seconde. Selon certaines sources, la Femafoot prône le départ immédiat de l’entraîneur alors que le ministère est pour une démarche prudente. Les deux structures se rejetteraient les responsabilités des mauvaises prestations de l’équipe nationale de foot.

15 février 2008.