Partager

Les amis du Président ATT, regroupés au sein du Mouvement Citoyen -un mouvement qu’on disait en déconfiture-, étaient en conclave, le dimanche 20 Avril 2008, à travers sa conférence des cadres, pour signer sa rupture, non pas avec le Chef de l’Etat, mais avec cette grande confusion qui transformait le Mouvement en un marigot tari.

On comprend alors la grande force de présence de toutes les citoyens et citoyennes quiigardent toujours, pour référence, le Président de la République. Le présidium avait déjà annoncé les couleurs, avec la présence de Hamed Diane Séméga, avec, à ses côtés, son homonyme et homologue Ahmed SOW, le Conseiller en Communication du Président ATT, M. Seydou Cissouma, la Secrétaire Générale du MC, Mme Oulématou Tamboura…

Des ministres, représentants de partis politiques et autres associations de soutien aux actions du Président de la République ont également pris part à la cérémonie d’ouverture de cette conférence des cadres du Mouvement Citoyen, dont les thèmes étaient : “Démocratie et bonne gouvernance » et “L’emploi des jeunes”.

Dans son intervention, le Président du MC, Hamed Diane Séméga, dira que le “Mali qui gagne“ a déjà entamé son voyage décisif vers le chemin du progrès économique et social. Citant un penseur français qui dit qu’“il n’y a pas de vent contraire, pour celui qui sait où il va”, Hamed Diane Séméga pense, avec ultime conviction, que ce défi-là sera relevé, en dépit des nombreux obstacles.

Et d’affirmer : “Avec le PDES comme pierre angulaire de l’action gouvernementale, le Mali, assurément, sait où il va. Les flots sont tumultueux, et le voyage certes long, mais le navire Mali tiendra le cap avec, à l’horizon, un ciel de paix et de prospérité. Le capitaine à la barre a la main ferme et la vision très claire. En effet, le Président ATT, après un mandat structurant et déterminant pour l’avenir, conduira à bon port et par la grâce de Dieu notre nation, pour l’amarrer durablement au socle du développement“.

Les objectifs de la conférence des cadres

Pour son Président, le but de cette conférence des cadres du Mouvement Citoyen n’est pas seulement de faire le marketing politique du PDES, encore moins d’ouvrir des débats sur son contenu largement connu des Maliens. Il s’agit plutôt, pour les cadres du MC, de mettre en lumière les propositions d’action pertinentes du PDES à même d’impulser la croissance accélérée du Mali pour la prospérité de ses enfants.

Et Hamed Diane Séméga, de poursuivre : “Il s’agit aussi et surtout, pour nous, au premier plan, de participer à la dynamique nécessaire d’appropriation, par tous nos concitoyens, de ce document fondateur et fédérateur de toutes les synergies capables de catalyser le développement social et économique de notre pays“.

Aussi, les deux thèmes, à savoir le renouveau de l’action publique, et l’emploi des jeunes (deux thèmes-phares du PDES), ne sont autres que la résultante d’un choix résolument guidé vers l’action salvatrice de mise en cohérence des atouts et moyens de l’ensemble des amis du Président ATT, telle que prôné par lui-même.

Ainsi, parlant du premier thème, Hamed Diane Séméga dira qu’aucun progrès social en économique n’est envisageable sans un changement radical de comportement du citoyen malien en général, et de l’administration publique en particulier.

Sans un citoyen de qualité, il n’y a pas de démocratie viable, car le socle de tout système démocratique repose sur le civisme, valeur cardinale qui est la substance fondamentale. Sans une administration publique efficace au service exclusif du citoyen, il ne saurait y avoir de progrès social et économique, facteur déterminant d’une démocratie stable et durable”, a indiqué le Président du Mouvement Citoyen.

C’est donc au regard de cette vérité “implacable”, dira Hamed Diane Séméga, que le PDES fait, du renouveau de l’action publique, un axe central d’impulsion et de modernisation de l’administration. Aussi martèlera-t-il que “face à la crise du civisme qui érode les fondements mêmes de notre société, il n’y a nulle autre alternative crédible !”.

S’agissant de l’emploi des jeunes -une priorité parmi les priorités, à laquelle le Président de la République accorde la plus grande attention-, il demeure, selon Hamed Diane Séméga, la condition sine qua non de la préservation et de la consolidation de la paix sociale de notre système démocratique.

Et de poursuivre : “Par conséquent, aucun sacrifice n’est trop grand pour éteindre la mèche de cette bombe sociale allumée, qui risque d’anéantir tous les efforts consentis jusqu’ici pour bâtir un pays stable, apaisé, et résolument engagé sur la voie du développement” .

Pour le Président du Mouvement Citoyen, dire que l’environnement économique et social actuel est difficile et préoccupant relève d’un doux euphémisme.
Du reste, dira-t-il, c’est toute la planète qui subit de plein fouet les soubresauts d’une économie mondiale globalisée en proie à des crises conjoncturelles, les ondes de choc n’épargnant aucun pays: crises financière et alimentaire, cherté de la vie… Et le Mali n’est pas épargné.

Selon le Président du MC, chez nous, de nouveaux défis s’ajoutent à d’autres déjà difficiles et complexes: crise scolaire, problème de sécurité au Nord, chômage des jeunes…

Le gouvernement malien dort-il pour autant?

La réponse du président du MC et ministre de la République est sans équivoque.“Le gouvernement, dirigé par un homme pétri d’expérience et engagé résolument à donner corps à la vision du Président de la République, pour un Mali qui gagne, ce gouvernement, disais-je, ne baisse pour autant pas les bras. Au contraire, il est debout, uni et solidaire. Il fait bloc, pour repousser les assauts d’une conjoncture exécrable. Fermement adossé au PDES, le gouvernement avance et innove sur tous les fronts”, a-t-il indiqué.

Aussi a-t-il fait allusion, pour étayer ses propos, à l’Opération Riz que le Premier ministre Modibo Sidibé, dans une démarche proactive, a pris l’initiative de lancer, il y a seulement quelques jours. Une initiative salutaire qui s’inscrit en droite ligne de la volonté du Président ATT de faire du Mali, d’ici l’horizon 2012, une puissance agricole de premier plan.

Pour ce qui concerne la crise scolaire, le gouvernement a initié une large concertation devant conduire à la tenue d’un forum -espace de vérité-, à l’issue duquel des solutions appropriées, durables et salvatrices, seront trouvées.

Le Mouvement Citoyen, dira son président, y apportera une contribution de qualité. “En effet, le MC, qui est le creuset fédérateur de toutes les forces qui soutiennent le Président ATT, est en première ligne pour encourager, soutenir, et défendre les actions du gouvernement dirigé par Modibo Sidibé. Dans cette perspective, nous allons dérouler un plan d’action clair et efficace, dont l’exercice de ce jour est une étape. Il ne s’agit pas d’un plaidoyer pro-domo, encore moins d’une opération de charme. Il s’agit de lancer, ici et maintenant, la refondation et la redynamisation du Mouvement Citoyen”; a déclaré Hamed Diane Séméga.

Nécessité de sortir le MC de la turbulence

Le Président du Mouvement Citoyen n’a cependant pas caché les divergences de vue qui secouent le MC, et appelé les uns et les autres à oeuvrer pour la cohésion et pour une meilleure organisation de l’association. “Les querelles de clochers et les problèmes de personnes doivent céder le pas à des débats d’idées et à des relations fraternelles et amicales, fondées sur le devoir sacré de se battre pour le Mali, pour son essor économique et la stabilité de sa démocratie, jeune, mais exemplaire”, a-t-il insisté.

Il n’est de richesse que l’homme“, affirmait Charles De Gaule. Aussi Hamed Diane Séméga reste convaincu que le MC a la chance et d’honneur de compter, dans ses rangs, des cadres compétents et loyaux, des hommes et des femmes dont le patriotisme est sans faille. Des atouts qu’il faut exploiter, face aux piques des détracteurs du Mouvement Citoyen qui, malgré toute la bonne foi du monde, ne voient, en ce Mouvement, qu’un crypto parti, une nébuleuse, une tentative de banalisation et de marginalisation de la politique.

Il nous faut, chers amis du Mouvement Citoyen, nous retrouver et nous accepter, malgré nos divergences somme toute mineures”, a-t-il recommandé, avant de poursuivre : “Associations, personnes-ressources, sympathisants de tous bords, le MC n’est fort au service du Mali, derrière le Président de la République ATT, que lorsque tous ceux qui se reconnaissent dans le leadership de cet homme d’Etat d’exception, qui a tout sacrifié pour la grandeur et le bonheur du peuple Malien, que tous, dans l’unité, devant l’adversité et dans l’action, tous se dressent fièrement et résolument pour mener le seul combat qui vaille la peine d’être mené : celui de la lutte contre la pauvreté, celui de la construction d’un pays moderne, stable et prospère”.

Se servant de l’adage qui dit “quand deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui souffre”, Hamed Diane Séméga défie les détracteurs du MC et appelle le peuple du Mouvement Citoyen à faire un choix, un choix très simple, à ses yeux : “devenir un éléphant, ou être écrasé, comme l’herbe de la savane“. On appelle cela tout simplement du pragmatisme.

Adama S. DIALLO

21 avril 2008.