Partager

L’originalité de la démarche de l’état malien d’organiser des consultations avec les populations pour la création des territoires justifie le choix porté sur notre pays pour réaliser cette étude, a révélé Mme Lima.

Pour Elizabeth Lima, cette collaboration entre l’état malien et les populations fait de notre territoire une composante à part entière d’un projet de société et la région de Kayes, présente une particularité majeure, selon elle.

En effet, à Kayes, suite à l’importance de la dynamique migratoire, se pose la problématique de l’adéquation entre le territoire et le développement impulsé en grande partie par des ressources externes.

Importance que revêt la décentralisation dans notre pays, qui depuis 1992 a entrepris une profonde réorganisation administrative, communalisation issue du découpage se présentant comme la réforme la plus importante de la décentralisation au Mali, ont été évoquées par la conférencière.

Pour Stéphanie Lima, la volonté de l’état est de voir émerger des territoires fonctionnels dont la principale attribution est d’encadrer et d’assurer le transfert des compétences et des moyens du niveau central au niveau local.

Malheureusement, cette vision n’est toujours pas partagée par les populations, qui se regroupent souvent en fonction des relations sociales, selon elle.

Intercommunalité afin de permettre à l’état de jouer pleinement son rôle d’accompagnateur et faciliter la gestion des ressources naturelles que se partagent souvent des communes, représentent quelques perspectives préconisées par Mme Lima.

14 juillet 2005