Partager

“L’union des jeunes du RPM est et reste l’incarnation des aspirations de la jeunesse malienne ! ”. Telle semble être l’intime conviction du président de ladite Union, M. Moussa Tembiné. Cette déclaration, jugée d’emblée prétentieuse, et même qualifiée de fanfaronnade, a été lancée au CRES de Badalabougou, à l’occasion de la conférence qui avait réuni les sections UJ-RPM du District de Bamako et de Kati.

Comme si cela ne suffisait pas, le jeune Tembiné poussera la fierté jusqu’à lancer cette autre prétention : “Le RPM était le seul parti politique qui avait dénoncé les accords d’Alger”. Mieux, par la voix de son président, la jeunesse du Rassemblement Pour le Mali revendique… le rôle de “porte- parole d’une jeunesse assoifée de bien-être, et qui, depuis 2002, attend désespérément des réponses à ses attentes légitimes “.

Les dires de Moussa Tembiné

Et Moussa Tembiné, de chercher à s’attirer la sympathie des Maliens. “Les assises de la jeunesse RPM ne sauraient ignorer les problèmes pressants auxquels notre pays se trouve confrontés, affirmant aussi sa conviction que ces problèmes sont les problèmes de toutes les couches sociales“, a-t-il laissé entendre.

Et le président des jeunes Tisserands très critique à l’endroit du pouvoir, de poursuivre la rodomontade par des éloges à l’endroit du “père spirituel” politique, en l’occurrence, Elhaj Ibrahim Boubacar Keïta, président du Rassemblement Pour le Mali (RPM).

”… Le RPM draine un nombre important de la jeunesse malienne ! “, a asséné le président des jeunes Tisserands devant un public à moitié ahuri, avant d’ajouter qu’à travers son projet de société et ses programmes de gouvernement présentés lors des élections présidentielles de 2002 et de 2007, par le camarade Ibrahim Boubacar Keïta, candidat du parti,

il demeure “convaincu que le RPM a suscité plein d’espoir chez les jeunes sans emplois et émigrés à la recherche d’emploi, au péril de leur vie”.

“Qui est dupe?”, s’est exclamé un participant à la conférence. En effet, le président de l’UJ-RPM était-il réellement d’accord avec l’évidence de ses déclarations? En tout cas, si Moussa Tembiné ne voyait pas que la salle qui abritait cette conférence de sections était presque à moitie vide, l’assistance, pour sa part l’avait remarqué.

Pire, nulle part dans la salle, on n’apercevait la présence des membres du Bureau Politique National(BPN) du parti. Comme si ces derniers étaient préoccupés par autre chose, ce qui paraît pour le moins aussi bizarre qu’incompréhensible…

Par rapport à la crise de l’école, les jeunes du RPM se plaignent que le pouvoir n’ait surtout pas pris leurs propositions en compte. “Le RPM, fidèle à son engagement patriotique, a organisé une conférence-débat au CICB le 29 Mars 2008“, informera le président de l’UJ-RPM.

Une conférence qui, ajoutera-t-il, a servi de cadre d’échanges où d’éminentes personnalités et des professionnels de l’éducation ont pu faire le diagnostic de la crise et donner des pistes crédibles pour opérer les réformes utiles. Et de déplorer : “Hélas, au lieu de saisir cette opportunité, les autorités préfèrent attendre une solution-miracle qui sortira d’un enième forum national”.

Concernant la cherté de la vie, le “jeune loup” du RPM trouve qu’au lieu de prendre conscience de la mauvaise gouvernance caractérisée, selon lui, par “l’improvisation et le tape-l’oeil“, et qui, explique-t-il, “a marqué le premier quinquennat, le régime a de nouveau recours aux solutions faciles”.

De toutes ces déclarations du président des jeunes du RPM, le constat qui découle démontre la mauvaise foi des responsables et militants de ce parti à reconnaître les mérites de l’actuel gouvernement, par rapport à tout ce qu’il est en train d’entreprendre.

Pourtant, une vieil adage enseigne qu’il faut rendre à César ce qui lui appartient, et qu’on a beau détester le lièvre, il faut quand même lui reconnaître ses longues oreilles.

Autrement dit, quelles que soient les lacunes et faiblesses du pouvoir, il faut quand même reconnaître ses efforts. Par ailleurs, une critique n’a aucun sens s’il n’est pas complétée par… l’auto-critique, tout comme une thèse n’a de valeur que si elle est étayée par l’hypothèse et l’antithèse…

Mais là où l’envolée lyrique du président de la jeunesse RPM sort du sensé, c’est quant il affirme que la crise alimentaire actuelle est une “insulte”, et qu’il explique… qu’elle ne s’explique que par “la defaillance des autorités et leur manque de prévision“.

Ausi doit-on se poser bien des questions. Le président de la jeunesse RPM aurait-il oublié que son président dont il vante tant les qualités (IBK) a été Premier ministre de ce pays pendant plus de six ans? Et que durant toutes ces années,

le Mali n’a pas été à l’abri de problèmes de nourriture? M. Tembiné peut-il aujourd’hui parler du bilan du président du RPM dans ce sens, pour convaincre tant soit peu les Maliens?

Laya DIARRA

13 Mai 2008