Partager

C’était au cours d’une rencontre tenue hier après-midi au CICB, en présence de nombreux diplomates accrédités dans notre pays. Des membres du gouvernement ont également pris part à la rencontre

Le chef du gouvernement, Choguel Kokalla Maïga, a échangé, hier au Centre international de conférences de Bamako, avec le corps diplomatique accrédité dans notre pays, sur les axes prioritaires de l’action gouvernementale. La rencontre lui a permis de recueillir les suggestions et propositions des diplomates sur la réussite de la Transition.

Tenue en présence de plusieurs membres du gouvernement, la réunion traduit la volonté du gouvernement de consolider et renforcer les liens d’amitié et de coopération avec nos partenaires étrangers. L’occasion était opportune pour le Premier ministre de rassurer les diplomates sur l’engagement de son équipe à travailler sur tous les fronts de la sécurité, du climat social, de la refondation de l’État, de la lutte contre la corruption et l’impunité.

À ce propos, Dr Choguel Kokalla Maïga a soutenu que le Plan d’action du gouvernement (PAG), structuré autour de quatre axes majeurs, se veut une réponse urgente, courageuse et cohérente aux défis économique, sécuritaire, politique, social, institutionnel qui affectent notre pays. Lesquels défis qui menacent l’existence du Mali tout en minant sa cohésion. Depuis sa composition, le gouvernement, dira le Premier ministre, s’est attelé à calmer le climat social afin de créer les conditions d’une Transition apaisée.

De la même manière, selon Choguel Kokalla Maïga, l’amorce des réformes politiques et institutionnelles va asseoir les fondations du Mali nouveau, bâties sur des institutions fortes, légitimes et démocratiques. «C’est le gage du redressement de notre pays, de la préservation de son unité, de sa souveraineté et de sa stabilité durable», a-t-il insisté.

La rencontre traduit la volonté du gouvernement de consolider les liens d’amitié et de coopération

Le Premier ministre a, par ailleurs, indiqué que le gouvernement a expliqué à l’envoyé spécial et médiateur de la Cedeao la nécessité d’organiser, tout d’abord, les Assises nationales de la refondation. Cela, afin de se mettre d’accord sur un large consensus national, assorti d’un chronogramme précis et détaillé devant conduire aux élections dans les plus brefs délais. Il a également assuré Goodluck Jonathan que la mise en place de l’Organe unique indépendant de gestion des élections n’est pas liée au calendrier des Assises nationales.

Le doyen du corps diplomatique, l’ambassadeur du Royaume du Maroc au Mali, insistera sur la ligne directrice des politiques à venir, à savoir la cohésion sociale, le consensus politique, l’inclusivité, le développement humain, et la justice qui constituent les ingrédients d’une gouvernance démocratique vertueuse.

Hassan Naciri a réitéré l’engagement des amis du Mali, à poursuivre et intensifier les efforts pour accompagner le pays pour son épanouissement sur la voie de la paix et du développement. Le diplomate marocain a fait savoir que le vœu du corps diplomatique, c’est aussi de voir tous les fils du Mali s’engager ensemble dans la défense des intérêts de leur pays. Car notre pays a plus que jamais besoin de la synergie d’action de tous.


Oumar Diakité

SOURCE : ESSOR