Partager

Avec cette première visite en Libye d’un chef de diplomatie américaine depuis 55 ans, Mme Rice souhaite marquer de façon spectaculaire un rare succès diplomatique de l’administration Bush et montrer à la Corée du Nord et l ‘Iran les bénéfices qu’on peut récolter en renonçant à ses armes de destruction massive. « La Libye est un exemple qui montre que, si certains pays font un choix différent de celui qu’ils font actuellement, ils peuvent avoir des relations différentes avec les Etats-Unis et le reste du monde, et que nous tiendrons nos promesses« , a indiqué le porte-parole du département d’Etat. Mais après des dizaines années de rapports conflictuels, Khadafi est toujours sur ses gardes. Après une courte conférence de presse commune avec M. Chalgham, Mme Rice a prévu de quitter Tripoli dans la nuit pour se rendre en Tunisie, prochaine étape de sa tournée qui doit également la mener en Algérie et au Maroc.