Partager

Dans le cadre d’une campagne dénommée « BIAAG » (because I am a girl), Plan-Mali en collaboration avec le rassemblement des journalistes du Mali (RJM) a lancé un concours de presse. L’initiative révélée à la faveur d’une conférence de presse le 4 septembre 2012 au siège de l’ONG, sise à l’ACI 2000, a pour objectif de mieux impliquer les hommes de médias dans la cause de l’enfant et particulièrement celle de la petite fille, pour qui les Nations –Unies ont dédié la journée du 11 octobre.

«Celui qui éduque une fille, éduque une nation». La sagesse est bien populaire sous nos cieux mais moins prise en compte dans la pratique de la population. La campagne BIAAG, selon Mme Coulibaly Mariam Kéita, veut donc amener les professionnels des médias à s’approprier d’une noble cause : défendre les filles contre les violences auxquelles elles sont confrontées. Pour le président du RJM, Sidiki Doumbia, les filles ont les mêmes droits que les garçons.

Mais le constat est amer, à travers le monde comme dans notre pays, que les filles sont victimes de violences tant sur le plan psychologique que sur le plan corporel. En effet, les filles sont utilisées précocement dans les travaux ménagers, abusées sexuellement et leurs droits à une éducation de qualité sont souvent violés. Tout simplement parce ce qu’elles sont des filles, fait remarquer les responsables de Plan-Mali, la section nationale de Plan-Internationale, une ONG apolitique et sans coloration religieuse.

Le parrainage d’enfant étant le fondement de l’organisation, le Conseil d’administration international de Plan a donc approuvé en 2011 une nouvelle stratégie sur l’égalité des sexes qui précise les processus par lesquels les responsables et le personnel de Plan vont mettre en œuvre la politique sur l’égalité des sexes.

C’est dans cette optique qu’a été initiée la campagne BIAAG (Parce que je suis une fille en anglais). Les journalistes seront amenés à travers ce concours à faire de plus grandes diffusions sur le sujet. Il s’agira plus de sensibiliser les populations et les décideurs sur les violences faites aux filles.

A travers ce concours, Plan-Mali cherche à impliquer les professionnels, en les invitant à produire et à diffuser un maximum d’articles et d’émissions sur la violence faite aux filles en général et l’excision en particulier. La finalité étant surtout de sensibiliser les populations sur les brutalités auxquelles les filles sont soumises quotidiennement. Le concours s’étend du 1er au 30 Septembre 2012 et les résultats sont attendus à l’ occasion de la journée de la petite fille, le 11 octobre.

Pour participer à ce concours, les candidats devraient être des personnes travaillant dans une rédaction de la place : presse écrite comme radio. Compte tenu du temps réduit de l’organisation de l’évènement, l’audio-visuelle pour cette année 2012, ne participera pas au concours. Pour la presse écrite, le texte (une page maximum) doit être en français. A la radio, l’émission (au maximum 30 minutes) peut-être produite en français ou bambara ; le logo de la campagne doit figurer sur la pochette du CD.

Le seul support admis est le CD en format MP3. Les productions sont à déposer au siège de Plan-Mali auprès du chargé à la communication, avec la mention campagne «Parce que je suis une fille», entre le 01 et 30 septembre 2012 à 15h. D’importants cadeaux seront remis aux 3 lauréats de la presse écrite et de la radio.

Hommes de médias, à vos plumes !

Seydou Coulibaly

10 Septembre 2012

©AFRIBONE