Partager

C’est par un communiqué laconique que les candidats au concours des Auditeurs de la justice ont été informés et à seulement quelques jours du report du concours.

Sans que le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Maharafa Traoré, ait pris le soin, ou ait jugé nécessaire d’édifier l’opinion sur les motifs qui ont prévalu au report. Ce qui d’un côté, confirme la thèse de ceux qui ont toujours soutenu que notre gouvernement fait face à un véritable problème de communication.

Un problème qui, il n’y a pas de doute, est à la base des récents incidents sociaux qu’ont connu Kati, Bamako et certaines villes de l’intérieur, suites aux rumeurs folles venant du Nord Mali : Un problème qui, apparemment, a de beaux jours devant lui, lorsqu’un ministre trouve inutile d’informer l’opinion par rapport à une décision qu’il a prise, et combien importante aussi puisque relative à un concours attendu par de milliers de Maliens terrassés par le chômage.

Or, il se trouve que dans la gestion des affaires étatiques, il n’y a pas de risque minime. Le concours est- il reporté pour problème au cause de la crise au Nord, afin de donner la chance à nos frères du septentrion de pouvoir y prendre, part ? Ainsi, chacun y va de ses propres commentaires et de sa propre interprétation. Pour certains, le report se justifierait par la seule volonté de certains rapaces d’avoir le temps nécessaire de traficoter les choses en faveur de leurs ´ protégés. Pour d’autres, le motif du report aurait un relent partisan, histoire de permettre à certains jeunes du Pdes (Parti pour le Développement Économique et Social), le parti de Marafa Traoré, d’être prêts.

Il y en a qui pensent que c’est plutôt dû à la crise au Nord. Qui a raison ? Qui a tort ? Nous ne saurons le dire ! Mais nous sommes convaincus d’une chose : c’est que, c’est le ministre Marafa Traoré qui est responsable de cette situation ! Il lui revient donc de rectifier le tir !

Adama S Diallo

Ma Patrie du 02 Mars 2012