Partager

Le réseau G5 Sahel de lutte contre l’esclavage en partenariat avec  le BIT à travers le projet de Lutte contre l’esclavage  et de la discrimination fondée sur l’esclavage, a organisé du 8 au 10 juin dernier un  forum régional sur l’esclavage. Le11 juin 2021, les organisateurs dudit forum ont livré à la presse la déclaration sortie de ces rencontres intitulée ‘Appel de Bamako 3 sur l’esclavage et pratiques connexes.

 maliweb.net –La conclusion du forum s’est terminée par une déclaration forte appelée « Appel de Bamako 3 sur l’esclavage et pratiques connexes » ‘.

Le communiqué  indique que l’ Afrique a souffert et  continue de souffrir des affres de l’esclavage et des pratiques analogues. Et   s’agissant de l’esclavage, il souligne  trois types d’esclavage (intra africain, la traite atlantique, la traite orientale)  qui ont  marqué   la période du moyen âge à nos jours.  L’esclavage  source principale de l’économie de nos anciens empires et royaumes, a contribué à vider l’Afrique de ses bras valides dans un déni total des droits humains et des peuples, poursuit la déclaration. Qui note par ailleurs que   les indépendances de 1960 devraient mettre fin aux inégalités sociales et marquer la rupture définitive avec le joug colonial et la traite des personnes Avant de déplorer qu’en ce 21ème siècle des africains sont encore aux mains d’autres africains comme esclaves subissant des traitements inhumains.

« Cette pratique honteuse sévit dans presque tous les pays du G5 Sahel. Les Droits humains sont bafoués sous nos yeux voire notre complicité car des hommes ont été battus, des femmes violées, des maisons brûlées des populations déguerpies et chassées pour la simple raison qu’ils refusent le statut d’esclave ou descendant. Cela s’est passé à Kayes au Mali de 2019 à  2021 et, ce malgré l’arsenal juridique disponible et l’Etat de droits  affirmé dans la constitution malienne.

C’est pour toutes ces raisons que nous lançons un appel solennel. »,

Aussi, le réseau G5 et ses partenaires, demande : aux Chefs d’Etat du G5 Sahel  de prendre conscience du phénomène de l’esclavage, cause de frustration et pouvant alimenter le terrorisme. Au gouvernement de la République du Mali  de prendre des mesures immédiates et urgentes pour mettre fin aux exactions, humiliations et violations des droits de l’Homme dans la région de Kayes. Dans la même foulée,  le forum en   demande  à  une solidarité plus accrue à l’égard des victimes et le développement de nouvelles stratégies conséquentes pour l’éradication de l’esclavage et pratique analogue.

Autre recommandation faite par le réseau, est que les organisations internationales, régionales et sous régionales  inscrivent   dans leur agenda la lutte contre l’esclavage et le soutien aux victimes.

Et s’agissant  des  autorités maliennes, le forum  incite  le gouvernement à  adopter  une loi criminalisant l’esclavage et son application effective afin de punir les auteurs et co-auteur de cette barbarie. Par ailleurs le réseau G5 Sahel et ses partenaires déclarent se constituer en partie civile pour défendre les causes des victimes tuées, humiliées, chassées et privées de leurs terres.  Et pour terminer, il demande aux Institutions régionales et internationales des droits de l’homme  à ne citer que la CEDEAO, l’UA, l’EPU, le Rapporteur spécial, le Conseil de Sécurité  des Nations-Unies et autres Institutions de condamner le non respect de la dignité de la personne humaine  au Mali.

Khadydiatou SANOGO/maliweb.net