Partager

L’Association malienne des expulsés (AME), en partenariat avec Médico International et l’Association mauritanienne des droits de l’homme, a organisé, les 26 et 27 août 2017, à Bamako une réunion ouest africaine des organisations de la société sur les questions de migrations sûres, ordonnées et régulières.

Dans son intervention, le président de l’Association malienne des expulsés (AME), Ousmane Diarra, a d’abord souhaité la bienvenue à toutes celles et tous ceux qui ont effectué le déplacement de Bamako.

Il a indiqué que c’est une réunion de travail qui regroupe pour la circonstance des organisations de la société civile ouest africaine qui doit déboucher sur des décisions se rapportant à la dynamisation et à l’élargissement du cadre unitaire d’action et de mobilisation sociale des citoyens de l’Afrique de l’Ouest autour des questions de défense du droit des migrants à la liberté de circulation et à la protection de leurs biens et de leur personne.

Dans son discours, Dr Néma Guindo Tangara, conseiller technique au ministère des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration africaine, a hautement apprécié l’initiative de Bamako sur une question aussi sensible que la gestion des migrants. Elle a informé les participants à la réunion que le Mali s’est doté, depuis septembre 2014, d’une Politique nationale de migration (PONAM).

Elle a ensuite expliqué que l’un des axes majeurs de la PONAM est de renforcer les capacités de la société civile au regard de la pertinence de son rôle au bénéfice des populations. Les défis à relever sur le terrain de la migration sont grands ainsi que la responsabilité de la société civile dans la gestion des crises migratoires dans notre sous-région.

Pour faire de la migration une opportunité pour l’Afrique de l’Ouest, le conseiller technique Dr Néma Guindo Tangara a estimé indispensable la conjugaison de tous les efforts en vue de parvenir à des mesures concrètes dans le souci de soulager les concitoyens candidats à la migration. Elle a souhaité que la rencontre régionale de Bamako des 28 et 29 août parvienne à une position commune par rapport à la question en vue d’éclairer la lanterne de nos pays respectifs sur la question migratoire.
Les pays qui ont participé à la rencontre de Bamako étaient le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo.

Yoro SOW

Du 28 Août 2017