Partager

Annoncées depuis plusieurs mois, les concertations nationales, qui offriront une tribune aux Maliens pour se parler droit dans les yeux afin de dégager une feuille de route pour la transition, a de la peine à se tenir. Et pour cause. Toutes les parties concernées par ces concertations n’arrivent pas à accorder leurs violons.

Les concertations nationales offrent une tribune à l’ensemble des forces vives de la Nation malienne d’échanger sur le devenir du Mali. Initiées par la Primature depuis plusieurs mois, les concertations nationales après plusieurs reports n’arrivent pas à se tenir.

Malgré la mise en place d’une commission technique qui travaille d’arrache-pied pour élaborer les termes de référence de la rencontre, les choses traînent toujours. Cette commission, selon une source, a déjà bouclé ses travaux et attend qu’une date soit fixée pour convier les Maliens à cette convention nationale.

Il va s’agir au cours de cette convention d’échanger sur les tenants et les aboutissants de la période de la transition. A l’issue des travaux, une feuille de route sera dégagée devant conduire la transition. Mais à ce jour, les Maliens parlent moins de ces concertations nationales qui peuvent pourtant être une porte de sortie de crise.

Selon certaines sources, le blocage serait au niveau du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR) qui aurait boudé la commission technique au motif que ses doléances n’ont pas été prises en compte. Dans tous les cas, il en va de l’intérêt des Maliens d’aller à ces concertations pour résoudre les problèmes auxquels leur pays est confronté aujourd’hui.

Ben Dao

L’Indicateur du Renouveau du 2 Novembre 2012