Partager

Le vendredi 30 novembre 2007 s’est ouverte à l’Hôtel Salam de Bamako, la réunion de concertation des ministres chargés du Commerce, des Douanes et de l’Industrie des Etats membres de l’UEMOA. La cérémonie solennelle était présidée par Mme Diallo Madeleine Bâ, ministre de l’Elevage et de la Pêche, assurant l’intérim de celui de l’Economie, de l’Industrie et du Commerce.

Elle était accompagnée par Christophe Joseph Marie Dabiré, Commissaire chargé du département du Marché Régional, du Commerce, de la Concurrence et de la Coopération (DMRC) de l’UEMOA. On notait aussi la présence des experts des différents pays de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

L’OBJECTIF DE LA REUNION

Cette réunion avait à son ordre du jour, les concertations sur plusieurs préoccupations relatives à la libre circulation des personnes et des biens, aux négociations commerciales internationales dont celles relatives à l’Accord de Partenariat Economique (APE), notamment les négociations bilatérales avec certains Etats tiers en vue de la conclusion d’accords commerciaux et d’investissement.


QUELQUES DIFFICULTES AU SEIN DE L’UEMOA

Selon le commissaire, la libre circulation des personnes et des biens dans l’UEMOA est une préoccupation constante tant des organes de l’union que pour les Etats membres. Ainsi, malgré l’enregistrement des progrès considérables sur la construction du marché régional, il subsiste encore quelques difficultés assimilables à des entraves. Il s’agit notamment de l’existence dans plusieurs Etats, des barrières qui freinent la libéralisation des marchés de l’union.

Face à l’existence de ces difficultés, il faut trouver des voies et moyens pour que l’intégration soit une réalité. C’est pour cette raison que la commission a tenu cette réunion afin de soumettre les résultats à la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union qui tiendra sa deuxième session ordinaire le 16 décembre 2007 à Ouagadougou. Mais malheureusement, on a fait un constat regrettable.

UN CONSTAT REGRETTABLE

Au regard ce constat, il y a lieu de savoir si l’intégration au sein de l’UEMOA est une réalité. En tout cas, la question mérite qu’on s’y penche. Car, après la cérémonie d’ouverture, les travaux devraient se poursuivre en présence des ministres représentant les Etats membres.

Malheureusement, parmi les cinq membres dont la participation effective avait été confirmée, seul le ministre du Commerce du Sénégal était présent. Les autres Etats ont soit dépêché des représentants mandatés (Bénin, Côte d’Ivoire, Togo), soit ils se sont fait représentés par des experts ayant déjà participé à la réunion des experts tenue les 28 et 29 novembre 2007 à l’Hôtel Mandé de Bamako.

Par ailleurs, face à cette situation, et compte tenu de l’importance des points inscrits à l’ordre du jour, il a été donc décidé de reporter la réunion des ministres à une date ultérieure. Cela en vue de délibérer sur les résultats des travaux des experts boycottés cette fois-ci et de prendre des décisions qui s’imposent éventuellement.

En attendant, il a été souligné que la commission prendra les dispositions nécessaires en vue de convoquer une nouvelle réunion avant la prochaine session de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement.

Hady BARRY

03 Décembre 2007.