Partager

Définir les stratégies de développement de la mutualité malienne afin de permettre une accessibilité financière du plus grand nombre à des soins de santé de qualité. Voilà l’objectif de l’atelier organisé par l’Union Technique de la Mutualité Malienne (UTM) en partenariat avec la Fédération Nationale de la Mutualité Française, qui se déroule depuis mardi au CICB.

Malgré les efforts considérables déployés au Mali, dans le secteur sanitaire, les indices d’utilisation des services de santé demeurent faibles.

L’inaccessibilité financière des populations à faibles revenus reste un facteur déterminant de l’exclusion du système de santé.
Pour lutter contre ce phénomène, le plan décennal de développement sanitaire et social a, depuis l’origine, mis l’accent sur les mécanismes de financement alternatif de la santé par le développement des mutuelles de santé.

Pour autant, le développement de la mutualité au Mali ne connaît pas l’essor escompté.

Cette situation s’explique, d’une part, par une méconnaissance du mécanisme de prise en charge des mutuelles par une frange importante des partenaires au développement, d’autre part, par la faiblesse des ressources mobilisées pour ce volet du PRODESS.

Toutefois, les résultats atteints par certaines mutuelles, en terme d’utilisation des services de santé démontrent que leur développement est une condition nécessaire de l’accès aux soins de santé, de qualité des populations. L’Union Technique de la Mutualité Malienne compte à ce jour 70 mutuelles.

Pour le président de l’Union Technique de la Mutualité Malienne, Babassa Djiguiné, la présente rencontre vient à point nommé car elle offrira aux différents acteurs mutualistes, autorités de tutelle, structures d’appui technique et partenaires au développement l’occasion de faire un bilan du chemin parcouru d’une part et de dégager des perspectives de développement du mouvement d’autre part.

Le ministre Sékou Diakité d’indiquer qu’au Mali, le mouvement mutualiste est à la croisée des chemins à une époque marquée par la mise en place prochaine de l’Assurance Maladie Obligatoire et le régime d’Assistance.

Le mouvement mutualiste est interpellé pour offrir une solution à l’accès aux soins à près de 80% des Maliens. « L’accompagnement des populations pour la création et la viabilisation des mutuelles est un processus qui doit s’inscrire dans la durée et nécessite des moyens importants », a-t-il estimé.

Dans l’exposé de Jean Philipe Hichet de la Fédération Nationale de la Mutualité Française, il ressort que le mouvement mutualiste observe avec intérêt les évolutions au niveau mondial dans la problématique de la protection sociale, qui mettent en relief une demande pressante de plus de solidarité et de justice sociale. « Nous nous rendons compte sur tous les continents que l’économie sociale doit occuper davantage de place dans l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble de la population« , a-t-il ajouté.

Fatoumata Mah THIAM KONE

26 Février 2009