Partager

Le Mouvement populaire du 22 mars (MP 22) était face à la presse le jeudi 22 novembre 2012 au siège de la Radio Kayira de Bamako. Objectif, éclairer la lanterne de la population sur les concertations nationales qui devraient se tenir du 26 au 28 novembre prochains. La conférence était animée par Pr Rokia Sanogo, Présidente du MP 22, Mohamed Tabouré, membre de la Coordination des organisations patriotiques du Mali (Copam) et Dr Oumar Mariko, secrétaire général du parti Sadi.

«Nous venons d’apprendre aujourd’hui même que le Président de la République par intérim, Pr Dioncounda Traoré a décidé de reporter les Concertations nationales initialement prévue du 26 au 28 novembre prochains. Cet événement est de taille, nous prenons acte », c’est en ces termes que Mohamed Tabouré, membre de la Copam a commencé son allocution. Il a souhaité la libération par l’armée malienne des territoires occupés. Selon la Présidente du Mp22, la concertation nationale devait permettre de trouver des propositions concertées et efficaces de sortie de crise pour le changement dans l’intérêt du peuple malien et cela dans le respect de la légalité, d’une part, et de l’impérieuse nécessité de concilier les exigences de la préservation de l’Unité Nationale et de l’intégrité territoriale avec les exigences démocratiques, d’autre part.

« Nous refusons une concertation dont les résultats sont connus à l’avance avec plus d’inconvénients que d’avantages pour le Mali et le peuple malien. Nous sommes pour une concertation nationale souveraine qui donnera des solutions efficaces de sortie de la crise », a-t-elle dit. Pour le Pr Rokia Sanogo, Le schéma institutionnel du Conseil National de Transition pour le changement (CNTC) se distingue par sa simplicité et par le fait que le pays a besoin d’un Etat fort pour faire face aux urgences : la libération du nord et l’organisation des élections. Elle a indiqué que face au blocage actuel du Mali sur tous les plans, une concertation nationale est plus que nécessaire pour proposer des solutions maliennes à la crise malienne.

A cet effet, elle a invité le peule malien et toutes les forces patriotiques pour le changement à se mobiliser massivement pour exiger une concertation nationale souveraine pour le Mali. « Le MP 22 au sein de la Copam a été parti prenante de l’organisation des concertations. Le MP 22 était prêt à aller aux concertations nationales », a-t-elle conclu. Dr Oumar Mariko du Parti Sadi a souligné qu’aujourd’hui, la problématique de la souveraineté et de l’indépendance se pose avec beaucoup d’acuité à la République du Mali. « Nous nous battrons pour la dignité et la personnalité du peuple malien», a-t-il conclu.

Aguibou Sogodogo

Le Républicain du 23 Novembre 2012