Partager


Mardi, au Centre international des conférences de Bamako, la cérémonie d’ouverture de la concertation intersectorielle sur les dispositifs institutionnels et techniques de l’assurance maladie obligatoire et du Fonds d’assistance médicale a eu lieu, sous la présidence du secrétaire général du ministère du Développement social et des Personnes âgées, Amadou Rouamba.

Etaient présents, les représentants des départements ministériels, le patronat, les organisations de travailleurs et celles de la société civile.

Poser leur jalon dans le processus de concertation nécessaire à la création de ces deux mécanismes indispensable au raffermissement de la politique nationale de protection sociale, représentait le principal objectif de cette concertation.

Depuis 1997, le Mali a pris l’engagement de répondre de façon complète et efficace aux besoins de sa population en matière de protection sociale.

La mise en place d’une assurance maladie obligatoire (AMO) dédiée aux salariés et aux retraités des secteurs publics et privés et d’un fonds d’assistance médical (FAM), s’inscrit dans cette volonté.

L’assurance maladie obligatoire a pour fonction la collecte des cotisations, la liquidation des prestations et la gestion des risques.

ainsi, durant 3 jours, les participants, plancheront sur des thèmes ayant trait aux aspects juridiques et aux considérations techniques.

« Depuis plusieurs années, nous nous retrouvons régulièrement autour de la même table pour examiner des questions relatives soit aux résultats d’études, soit pour nous accorder sur les voies et moyens susceptibles de garantir une mise en place efficace et efficiente de ces mécanismes« , a affirmé Mr Rouamba.

Le secrétaire général du ministère du Développement social et des Personnes âgées, d’affirmer, qu’il ne doutait point de l’expérience dont chacun des participants jouit dans les questions de protection sociale et de leur niveau de responsabilité au sein de leurs structures respectives, choses, qui permettront d’obtenir les résultats, auxquels nous sommes en droit de nous attendre, a-t-il fait remarquer.

Aussi, à l’issue des trois jours de travaux, décisions et recommandations définies par les participants seront déterminantes dans l’évolution du dossier de l’AMO et du FAM en particulier, ainsi que pour la mise en oeuvre du plan d’action national de protection sociale.

23 août 2006.